Actualités

SUPPORT : En direct des Régions
THÉMATIQUE : Tous
RÉGION : Grand Est
08 février 2024

Grand Est : le Président-Directeur Général de la SNCF dans la Région

Vendredi 2 février, Franck Leroy, Président de la Région Grand Est, a accueilli Jean-Pierre Farandou, Président-directeur général de la SNCF, pour un déplacement en Champagne sur le thème du fret ferroviaire et des infrastructures, enjeux majeurs et priorités partagées

 

La séquence a débuté par la visite du chantier de mise en accessibilité de la gare d’Épernay, puis par un temps de travail en Mairie d’Épernay.

 

Elle s’est poursuivie par une visite de l’entreprise Cristal Union, afin d’évoquer son expérience en matière de fret ferroviaire et ses besoins futurs, et s’est achevée par un déjeuner de travail à Reims, en présence de Catherine Vautrin, Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités et d’Arnaud Robinet, Maire de Reims et Président du Grand Reims.

 

Ambition FRET : un engagement commun pour le développement du fret ferroviaire en Grand Est

 

Alternatives au transport routier de marchandises, les lignes capillaires fret constituent un réseau nécessaire pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et contribuer ainsi à une plus grande sobriété énergétique, mais aussi à la réindustrialisation du pays. Avec plus de 450 km de lignes en activité, le Grand Est présente le réseau capillaire fret le plus étendu de France, soit 15 % du réseau national, et le territoire le plus dynamique avec un quart des tonnes transportées à l’échelle nationale. Son fort potentiel de développement en fait une réelle opportunité pour le territoire !

 

A l’échelle nationale, l’objectif est de doubler la part du fret d’ici 2030. En Grand Est, cela implique des investissements importants dans les infrastructures ferroviaires pour répondre à la demande croissante des chargeurs et industriels de transférer leurs marchandises vers le rail. Ce mode de transport offre encore des opportunités d’amélioration et est au cœur d’un plan de relance national qui doit être adapté localement.

 

Le fret ferroviaire est d’ores-et-déjà utilisé par des groupes industriels, à l’exemple de Cristal Union, qui, en plus du transport par camion, utilise le fret ferroviaire sur certains de ses sites, notamment ceux de Sillery et d’Arcis-sur-Aube, ce dernier étant relié à la ligne capillaire fret de Coolus dans la Marne à Luyères dans l’Aube. La Région a permis la sauvegarde de cette ligne avec, sur la période 2017-2023, des travaux à hauteur de 43 millions d’euros dont 12 millions financés par la Région, et réalisés par SNCF Réseau. Une dernière tranche de travaux sera financée en 2024 pour 10 millions d’euros.

 

Engagée depuis plusieurs années dans le fret ferroviaire, notamment à travers le Schéma Régional de Développement Durable des Territoires (SRADDET), la Région a pris des initiatives significatives telles que le dispositif CAPFRET de soutien aux lignes capillaires fret et le financement de plateformes portuaires. Elle souhaite désormais franchir une nouvelle étape et accroître ses investissements en faveur du fret ferroviaire et du report modal.

 

Cette ambition, partagée avec SNCF, pousse la Région à aller encore plus loin en déclinant la feuille de route pour le fret et la logistique, portée conjointement avec l’Etat et signée en septembre dernier.

 

Des actions fortes sont déjà inscrites dans le CPER Mobilités 2023-2027, avec près de 182 millions d’euros alloués au fret en Grand Est , incluant le financement de 11 lignes capillaires fret pour 60 entreprises régionales et la circulation d’environ 4 millions de tonnes de marchandises par an, soit l’équivalent de plus de 100 000 camions évités. D’autres investissements sur les axes RN4 et A31, sont prévus en faveur du fret ferroviaire comme la création de plateformes de ferroutage dont le territoire manque.

 

Cette stratégie s’articule autour de trois dimensions :

 

A l’échelle locale : le maintien et le développement des lignes capillaires fret et des Installations Terminales Embranchées privées (ITE), et la prise en considération de la croissance combinée du transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises.

 

A l’échelle régionale : réunir les conditions d’accès fret à la Région en disposant d’infrastructures maillées, disponibles 24h/24 et adaptées à tous les types de gabarit (trafic conventionnel, combiné, ferroutage ).

 

A l’échelle européenne : développer des lignes massifiées , améliorer les connexions avec les ports maritimes français et européens, tout en favorisant le report modal du trafic routier et le déploiement du ferroutage vers le Grand Est.

 

Au-delà du dynamisme retrouvé du fret ferroviaire en Grand Est, la Région aspire à développer une véritable filière industrielle ferroviaire pour tracer la voie vers une mobilité moderne, durable et adaptée aux besoins évolutifs des territoires.

 

Contact

Inscription à la newsletterNous écrire
Aller au contenu principal