27 avril 2021

Message du Président de la Région Bretagne aux parlementaires qui ont saisi le Conseil constitutionnel sur la loi Molac

Le jeudi 8 avril, l’Assemblée Nationale votait la proposition de loi portée par Paul Molac sur la protection patrimoniale et la promotion des langues régionales, reconnaissant, pour la première fois sous la Ve République, les langues régionales comme patrimoine de la nation, en application de la Constitution. Deux semaines plus tard, un recours vient d’être déposé auprès du Conseil constitutionnel par soixante parlementaires.

En français, en breton et en gallo, le Président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard leur adresse le message suivant dans un communiqué de presse en date du 23 avril 2021:

« Cher.e.s parlementaires,

“Républicain, je suis Président d’une région, la Bretagne, qui depuis plus d’un siècle s’affirme pleinement intégrée à la République tout en restant profondément elle-même. Dans cette région, l’école c’est plus que l’école ; ce fut et c’est toujours un moment essentiel d’émancipation et d’ouverture.

“Pour autant, chacun sait que l’école de nos grands-parents fut aussi celle du refus de laisser un moindre mot de breton ou de gallo se dire. Pour installer le français, il fallait nier les autres langues. Les temps ont changé. Pourquoi, aujourd’hui, avoir peur du bilinguisme précoce, ouverture vers toutes les langues du monde ?

“Je n’oublie pas les mots prononcés en breton par le Général de Gaulle sur le parvis de la place de Quimper « Va c’horf zo dalc’het, med daved hoc’h nij va spered, Vel al labous, a denn askel, Nij da gaout e vreudeur a bell. » (Mon corps est retenu mais mon esprit vole vers vous, comme l’oiseau à tire-d’aile vole vers ses frères qui sont au loin).

La République sera renforcée si elle respecte la diversité. Je vous invite à venir rencontrer en Bretagne les parents, les enseignants et les élus qui, chaque jour, puisent dans notre culture et notre identité la force de faire société ensemble. »

Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne

Le message en breton

D’ar Yaou 8 a viz Ebrel e oa bet votet gant ar Vodadenn Vroadel ar c’hinnig lezenn difennet gant Paul Molac diwar-benn gwarez glad ar yezhoù rannvroel hag ar mod d’o c’has war-raok. Evit ar wech kentañ dindan arVvet Republik ez anavezer ar yezhoù rannvroel evel ur glad eus ar vroad, evel m’eo merket er Vonreizh. Div sizhun war-lerc’h e sav tri-ugent parlamantad ur rekour dirak ar C’huzul bonreizhel. Prezidant ar Rannvro Loïg Chesnais-Girard a gas dezho ar c’hemennad-mañ :

« Parlamantidi ger,

“Ha me republikan ez on Prezidant ur rannvro, Breizh, hag a embann aboae ouzhpenn ur c’hantved bezañ en‘ammet da vat er Republik en ur chom ar pezh ez eo. Er rannvro-se ez eo ar skol muioc’h eget ar skol ; bez’ e voe hag ez eo bepred ur mare digaezhadur ha digoradur hollret.

“Kement-se lavaret, an holl a oar e voe ivez skol hon tud-kozh an hini a nac’he e vefe distaget an disterañ ger brezho-neg pe gallaoueg. Evit staliañ ar galleg e oa ret nac’hañ ar yezhoù all. Cheñchet eo ar mare. Perak, hiziv an deiz, kaout aon rak an divyezhegezh abred, anezhi un digoradur war-zu holl yezhoù ar bed ?

“Derc’hel a ran soñj eus ar gerioù bet distaget gant ar Jeneral de Gaulle war leurgêr Kemper « Va c’horf zo dalc’het, met davedoc’h ‘nij va spered, ‘Vel al labous, a-denn-askell ,’nij da gaout e vreudeur a-bell. »

“Kreñvaet e vo ar Republik ma touj al liesseurted. Pediñ a ran ac’hanoc’h da zont da Vreizh da gejañ gant an tadoù hag ar mammoù, ar gelennerien hag an dilennidi a gav bemdez en hor sevenadur hag hon identelezh an nerzh da vezañ ur gevredigezh a-gevret. »

Loïg Chesnais-Girard, Prezidant Rannvro Breizh

Le message en gallo

« “Cher.e.s parlementères,

“Republliqaen, je ses Perzident d’ene rejion, la Bertègn, q’ét en-méle la Republliqe depés pus d’un siecl sans pouint jameins se deqenétr. Den la rejion-la, l’Ecole ét ben pus qe l’Ecole; ‘la fut é c’ét tenant de méme, ene pâssée net conseqente d’ebluçerie e de debârements.

“Pasmeins, chaqe set ben qe l’ecole a nos jens fut etout ene enret eyou q’i taet imperminz de dire un mot en berton ou en galo. Pour fere crocher le ‘ançaez, i taet metier de chabouter les aotrs parlements. Mézë le vent a chanjë de tour. Pourqhi don, avair poûr du deülangaijier ourif, ene meniere de s’ouvri és aotrs parlements du Monde?

“J’e etout tenant ao runje les mots qi dizit en berton le Jenera de Gaulle su le pllacis de la pllace de Qhimpè « Va c’horf zo dalc’het, med daved hoc’h nij va spered, Vel al labous, a denn askel, Nij da gaout e vreudeur a bell. » (Mon corp ét embârë meins mon esprit chemine devers vous, parail come le ouézè vi’ement vole devers ses ‘eres qi sont ao lein.)

“La Republliqe se forcira si q’ole a de l’ergardance pour la gârerie. Je vous prie a vni encontrer en Bertègn les jens d’ebluçons, les enseignous e les elezûs qi, tous les jous, treuent den notr qhulture e notr filomie de cai pour fere ene societë entr-partaïjée. »

Loïg Chesnais-Girard, Perzident Rejion Bertègn

Le communiqué de presse

 

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email