Dossier

La mobilité hydrogène sur tout le territoire

Auvergne-Rhône-Alpes
Hydrogène Face au changement climatique, la Région Auvergne-Rhône-Alpes expérimente la mobilité hydrogène sur tout son territoire avec le projet Zero Emission Valley. Elle espère un financement européen.

La mutation des transports vers une mobilité propre et durable est au cœur du défi du changement climatique. Comment faire en sorte que les véhicules zéro émission se développent vraiment, participent activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Même si la mobilité hydrogène n’est pas nécessairement l’unique solution pour relever les défis de la pollution, des gaz à effet de serre et de la transition énergétique, elle est un outil efficace pour y répondre de façon simultanée.

Un projet ambitieux

La Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite engager une dynamique avec les acteurs régionaux, collectivités, entreprises, pôles de compétitivité, clusters, centres de recherche… pour développer une mobilité hydrogène sur l’ensemble de son territoire et pérenniser cette filière d’excellence.
Pour cela la Région développe un projet structurant, collectif et ambitieux : Zero Emission Valley. Il consiste à déployer en même temps une infrastructure de 20 stations de recharge et 1 000 véhicules. L’hydrogène est fabriqué par électrolyse à partir d’électricité verte.

Le réseau de stations permettra de couvrir l’itinérance sur la Région et l’interconnexion sur les grands axes Nord-Sud et Est-Ouest. Et la mise sur le marché de 1 000 véhicules simultanément (en majorité des véhicules légers) offre un effet volume qui baisse le prix d’acquisition.
Le modèle économique repose sur une ingénierie de projet avec une subvention sur l’acquisition des véhicules pour positionner leur coût d’utilisation au même niveau que les véhicules diesel équivalents, avec un surcoût inférieur à 5 %.

Enfin pour opérer ce projet, un partenariat public-privé sera mis en place sous la forme d’une société d’économie mixte (SEM). Ce projet a recueilli en quelques mois 200 soutiens dont les trois Métropoles de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble ; les grandes agglomérations comme Chambéry, de grands groupes comme Engie et Michelin et des startup comme SymbioFcell, McPhy et Attaway.

Un financement européen espéré

Le budget global du projet est évalué à 70 millions d’euros, avec une participation de la Région à la hauteur de 15 millions, et des contributions d’entreprises privées. Des subventions sont également espérées aux niveaux national et européen. Deux candidatures ont été déposées, une à l’appel à projets européen sur les transports et l’autre à l’appel à manifestation d’intérêt dans le cadre de l’action « Territoires d’innovation de grande ambition » du Programme investissements d’avenir.

Contact
Bénédicte Constans
benedicte.constans@auvergnerhonealpes.fr