samedi 05 décembre 2020
8 avril 2020

Sud: le CRT, la Région et les partenaires tourisme travaillent à un grand plan de relance

Alors que l’épidémie de Covid-19 impacte fortement l’économie mondiale, le secteur du Tourisme est confronté, depuis quelques semaines, à une situation inédite. Dans ce contexte, le Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur (CRT) et ses partenaires sont, depuis le début, entièrement mobilisés. Ils travaillent actuellement à un plan de relance ambitieux et combatif pour le Tourisme, pilier de notre économie régionale, pour préparer « l’après ». En parallèle, le CRT informe, aide et accompagne les pros du Tourisme à affronter la crise qu’ils traversent.

« Face à cette crise sans précédent, nous devions répondre avec détermination et sens du collectif. Aussi, j’ai souhaité ajouter un budget complémentaire de 2,6 millions d’euros pour la relance de l’économie touristique. Grace aux aides mobilisées par la Région et au travail fédérateur du CRT auprès des collectivités partenaires que je remercie, nous avons une première réponse pour envisager l’après-crise. Elle correspond à la demande de tous les professionnels du tourisme, poumon de l’économie de notre région », affirme Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France.

« Pour faire face à l’onde de choc, à la demande du President Muselier, le CRT et ses partenaires travaillent à un véritable plan Marshall de reconquête. Son objectif est clair : se concentrer, à court terme, sur la clientèle française. Nous redéploierons dans un second temps nos actions à destination des clientèles européennes et internationales, au gré des réouvertures des marchés », explique François de Canson, Président du CRT.

Préparer l’après : le CRT et ses partenaires lancent un plan de reconquête

Face à une situation d’une telle ampleur, l’anticipation est la clé. C’est pourquoi, depuis plusieurs semaines, le CRT et
ses partenaires étudient de nouvelles pistes d’actions, à court et moyen termes.

  • Un dispositif de relance ambitieux pour séduire la clientèle française.

À court terme, le CRT et ses partenaires ont fait le choix de miser sur la clientèle française et infrarégionale. Une campagne de communication offensive, inédite et effective dès la fin du confinement sera ainsi déployée au niveau national.

Cette initiative est portée et financée par le CRT et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil Départemental du Var, les agences départementales de tourisme AD04 (Agence de développement des Alpes de haute Provence), AD05 (Agence de développement des Hautes-Alpes), le CRT06 (CRT Côte d’Azur France), l’ADT83 (Var Tourisme), l’AD84 (Vaucluse Provence Attractivité), les Offices de Tourisme métropolitains de Marseille, Nice et Toulon, l’Office de Tourisme d’Antibes-Juan-les-Pins et Provence Côte d’Azur Events, la liste pouvant encore être complétée.

OBJECTIF : PLACER LA RÉGION SUD EN TÊTE DES DESTINATIONS FRANÇAISES

Ce projet constitue la plus grande campagne jamais réalisée en France pour la promotion de nos destinations Provence, Alpes et Côte d’Azur. Dotée d’un budget de près d’1,5 millions d’euros, elle vise à toucher la clientèle française dès la fin du confinement.

Cette campagne de relance est aussi très novatrice du point de vue de sa structuration : pour la première fois, la quasi-totalité des départements, des métropoles et des grands Offices de Tourisme ont fédéré leurs forces et imaginé un plan collectif et co-financé. Le CRT et la Région ont ainsi additionné les forces financières de chacun (la politique du 1+1). Ensemble, nous sommes plus forts pour affronter cette crise. Les détails de cette campagne seront précisés ultérieurement.

D’autres dispositifs viendront la compléter. Une importante valorisation de nos destinations aux Galeries Lafayette, à Paris, est notamment prévue cet été. Cette opération, d’un montant cumulé de 1 millions d’euros supplémentaires est financée par les Galeries Lafayette, le CRT, les partenaires des marques Provence et Alpes, par Nice Côte d’Azur et Atout France.

Enfin, un projet de mise en relation entre les agences réceptives/hébergeurs/activité de la région et les tour-opérateurs et agences de voyages nationales est en cours d’évaluation pour encourager les clients des agences françaises qui ne pourront pas partir à l’étranger à se tourner vers notre destination.

  • Un ajustement des actions de promotion sur le marché international.

Dans un second temps, des actions de promotion de la destination à l’international seront réamorcées. Celles-ci seront décidées au cas par cas, en fonction de la réouverture des marchés. La clientèle internationale (notamment allemande) sera aussi captée par les campagnes initialement prévues au début du printemps, mais reportées et adaptées au nouveau contexte.

Épauler l’offre touristique : le CRT et la Région aux côtés des professionnels du tourisme

Depuis l’annonce par l’État puis par la Région Sud de mesures économiques de soutien, le CRT, en lien avec le Service Attractivité Tourisme de la Région, réalise un travail de décryptage des dispositifs d’aide auxquels les professionnels du Tourisme sont éligibles. « À l’image de ce qui se fait au niveau national, à travers le Comité de FilièreTourisme présidé par le secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne, j’ai souhaité la création du Comité Régional de Filière Tourisme afin de permettre à toutes les têtes de réseaux et aux grands acteurs institutionnels de croiser leurs informations », explique François de Canson.

Ce Comité s’est réuni pour la première fois vendredi 3 avril et s’est concentré sur le point prioritaire : la sauvegarde de l’offre.
« Nous avons pu détailler de vive voix tous les dispositifs existants déployés par l’Etat et la Région pour accompagner les entreprises du tourisme en difficulté. Cette approche pragmatique et groupée est plus que jamais indispensable », indique Jennifer Salles Barbosa, Présidente de la Commission Tourisme de la Région.

En parallèle, le CRT informe les pros sur :

  • Les mesures de soutien gouvernementales aux entreprises (délais de paiement des échéances sociales et/ou fiscales, report du paiement des loyers, aide de 1.500 euros pour les plus petites entreprises, aide au maintien de l’emploi…) et aux start-up.
  • L’ordonnance « à valoir », qui permet aux professionnels du tourisme de limiter l ’ impact de la crise sur leur trésorerie. En effet, elle prévoit la possibilité, pour un opérateur de voyage, de rembourser son client par la fourniture d’un avoir lorsque le séjour a été rendu impossible du fait de mesures prises pour endiguer l’épidémie de covid-19.
  • Le plan d’urgence, de solidarité et de relance annoncé par Renaud Muselier, Président de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’un montant total d’1,4 milliards d’euros, il prévoit 70 millions d’euros d’aides directes aux entreprises, notamment celles du tourisme.

« Le plan d’urgence, de solidarité et de relance dévoilé par le Président Muselier est à la hauteur du choc auquel est aujourd’hui confrontée l’économie touristique de notre région. Les montants qui lui sont alloués témoignent de la considération portée au secteur du Tourisme, poids lourd de l’économie de la région Sud », estime François de Canson.

Une situation inédite

Il est, à l’heure actuelle, difficile de quantifier avec précision l’impact de l’épidémie de Covid-19 et des mesures de confinement sur l’économie touristique en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

« Nous sommes parmi les régions les plus impactées avec Paris Île-de-France car nous représentons :

  • La 2ème région française la plus prisée par la clientèle internationale, la plus rémunératrice pour le tourisme
  • La 2ème région française pour le tourisme d’affaires et de congrès. Cette filière, qui offre peu de solutions de report, va enregistrer des pertes nettes.
  • La 2ème région française pour le poids de son économie touristique (13% du PIB et 140 000 emplois)», explique François de Canson.

Selon les premières données du mois de mars (Source : MKG OlaKala), le taux d’occupation des hôtels de la région Sud s’élève à 22,6% (en recul de 36,4 points par rapport à 2019). La courbe traduit une baisse significative à partir du 15 mars, soit deux jours avant le début du confinement.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email