1 mars 2022

Hauts-de-France : Santé – inciter les jeunes médecins à s’ancrer dans la région

Afin de permettre à tous les habitants l’accès à une médecine hospitalière de pointe, la Région Hauts-de-France finance deux dispositifs : les assistants à temps partagé et les chefs de clinique régionaux. Objectif : inciter les jeunes médecins spécialistes à exercer dans les Hauts-de-France et notamment dans les centres hospitaliers périphériques.

En 2018, après six ans de fac et cinq ans d’internat pour ses spécialités en hématologie et en oncologie, le docteur Candice Carola a choisi de partager son temps entre le CHU d’Amiens et le centre hospitalier de Creil. “Les CHU sont souvent considérés comme plus attractifs par les jeunes médecins, reconnait la spécialiste. Les villes sont plus importantes, et c’est la continuité de l’internat. Car même si quelques semestres sont obligatoires dans les hôpitaux de périphérie, ceux-ci manquent souvent non seulement d’internes, mais aussi de médecins !“.

Des primes incitatives

C’est pour les inciter à pratiquer dans ces centres hospitaliers éloignés des métropoles que la Région finance des primes territoriales aux jeunes diplômés qui font le choix de cet engagement. 500 euros brut mensuels pendant deux ans pour un assistant à temps partagé entre un CHU (Lille ou Amiens) et un établissement périphérique, avec au minimum 50 % du temps passé dans ce dernier. Depuis 2016, 146 postes ont été financés au total.
Pour le docteur Carola, cette prime n’a pas été décisive mais représente toutefois une reconnaissance de son engagement pour un service public de proximité. “Pendant mes deux années d’assistante à temps partagé, j’ai été de moins en moins à Amiens, de plus en plus à Creil. Je suis désormais praticien hospitalier contractuel à temps partagé entre Creil et Compiègne et je passerai le concours pour être nommée à titre permanent“.

Pour les chefs de cliniques aussi

Les chefs de clinique régionaux sont des médecins spécialistes qui exercent leur mission de soins entre le centre hospitalier universitaire et un centre hospitalier périphérique. Ils assurent également des missions d’enseignement et de recherche au sein des centres hospitaliers universitaires. Ces postes sont accessibles aux jeunes médecins dans les trois ans suivant la fin de leur internat.
Pour inciter ces spécialistes à s’installer durablement dans les Hauts-de-France, la Région participe au financement des postes de neuf d’entre eux pour l’année 2022.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email