samedi 04 décembre 2021
5 mai 2021

La Réunion: une convention pour la biodiversité

C’est à l’occasion de la Journée de l’Arbre que le Président de la Région Réunion et le Président du Parc National ont signé le 30 avril 2021 une convention de partenariat pluriannuelle pour un plan d’actions communes en faveur de la préservation et de la valorisation de la biodiversité réunionnaise.

Cette journée symbolique marque de nouveau l’engagement volontariste de la collectivité régionale pour un nouveau modèle économique permettant de concilier écologie et économie.

L’occasion également de rappeler la mise en oeuvre d’ici fin 2021 de l’Agence Régionale de la Biodiversité (ARB Réunion) dont les missions seront les suivantes : mieux connaître la biodiversité des territoires, établir des diagnostics plus sûrs et précis des besoins, partager les expériences, renforcer durablement l’action publique pour restaurer, préserver et valoriser les milieux et les espèces naturels.

Cheffe de file en matière de biodiversité, de climat et d’énergie, la Région pilote et anime un certain nombre de schémas et de programmes d’actions tels que le Schéma d’Aménagement Régional (SAR), le Schéma Régional pour la Biodiversité (SRB), la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, et notamment la mission de préfiguration de l’Agence Régionale pour la Biodiversité (ARB). C’est dans ce cadre que la collectivité a décidé de s’associer au Parc, acteur du développement durable et de l’aménagement du territoire réunionnais.

À travers cette convention, plusieurs thématiques feront l’objet d’un plan d’actions commun :
- l’aménagement du territoire (cohérences des différents schémas structurants)
- la biodiversité (gouvernance et coordination des politiques publiques, lutte contre l’érosion)
- la communication (supports commun d’information et de sensibilisation sur la pollution lumineuse, l’éducation à l’environnement…)
- la coopération (valorisation des biens inscrits au patrimoine mondial, partenariats internationaux…)
- culture et patrimoine culturel (conservation et valorisation)
- développement durable (territoire des Hauts et émergence de l’ingénierie écologique)
- économie (élaboration de contrats de filière comme le bâti tropical)
- entretien et exploitation des RN au coeur ou en bordure de Parc
- formation & éducation (travail commun sur une cartographie de formations liées à l’environnement)
- pratiques sportives (charte pour limiter les impacts des manifestations sportives en montage, mise en place d’une charte écoresponsable)
- écotourisme
- transition écologique (pollution lumineuse, transition énergétique, déchets…).

Cette journée symbolique a également permis de rendre hommage à René Robert, géographe réunionnais, aujourd’hui à la retraite, et qui avait oeuvré pour l’inscription des pitons, cirques et remparts de La Réunion au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Un label prestigieux qui aujourd’hui fait la renommée de La Réunion et de sa biodiversité unique.

« J’ai toujours eu cette passion pour mon île. J’aime la découvrir. Nous avons créé le Parc National en 2007. les pitons, cirques et remparts de notre île sont reconnus par l’UNESCO. Je me souviens de ce moment émouvant où le jury s’est le vé et applaudi à l’unanimité lors de la validation de la candidature réunionnaise. Notre île est exceptionnelle. »
René ROBERT, Géographe

Toutefois, La Réunion est un territoire insulaire qui doit faire face à des enjeux majeurs en termes de préservation des espèces et d’habitats patrimoniaux, et de lutte contre les espèces exotiques envahissantes. C’est dans ce contexte que la collectivité soutient et mène des opérations de plantations d’espèces indigènes et endémiques qui contribuent à préserver les milieux naturels de l’île et sa flore exceptionnelle. Ainsi, symboliquement, ce sont plus d’une dizaines de plants de Bois de fer bâtard, Bois fer, Mazambron marron et de Ti bois senteur qui ont été plantés par le Président de la Région et le Président du Parc National afin de compléter la palette végétale de l’arboretum régional du MOCA, accompagnés du Président du Conservatoire Botanique de Mascarin (CBNM).

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email