17 mai 2021

Hauts-de-France: primeur, un métier d’avenir

Hauts-de-France, région, apprenti, métier, formation, primeurAlison Prévost est étudiante au lycée de la Hotoie. Agée de 20 ans, elle suit aujourd’hui une formation en CAP primeur à Amiens (Région Hauts-de-France) et est candidate au concours de meilleur apprenti de France. Cette passion pour ce métier lui a été transmise par sa mère qui possède un magasin de fruits et légumes aux Halles du Beffroi.

Un métier exigeant mais passionnant

Alison Prévost alterne enseignements généraux, enseignements professionnels et jours de travail au sein de l’entreprise de sa mère : “J’aime beaucoup ce métier, en particulier pour les liens que l’on noue avec les clients. Souvent, ce sont des habitués ! J’apprends à encaisser, à servir et à conseiller les clients, à élaborer un rayon… C’est un métier qui demande un fort investissement, je travaille de 7 heures à 19 heures mais j’adore ça !“, explique Alison qui souhaite plus tard reprendre le magasin de sa mère qui vend des fruits et légumes d’origine France.

Un métier tendance

Les habitants des Hauts-de-France sont de plus en plus attachés à consommer, cinq fois par jour, des fruits et des légumes d’origine locale, bio, et de saison pour préserver leur santé et l’environnement. Le métier de primeur répond ainsi aux fortes attentes des consommateurs. Créé en Hauts-de-France il y a quelques années, le CAP primeur peut être suivi par la voie de formation en alternance dans deux établissements de la région : le lycée de la Hotoie à Amiens (80) et la CMA Hauts-de-France de Lille (59). Les jeunes peuvent suivre cette formation à l’issue de la 3e. Quand on est primeur, on a vocation à :

  • sélectionner avec soin les fruits et légumes auprès d’un grossiste ou d’un producteur local ;
  • stocker et mettre en place la marchandise dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire ;
  • réaliser chaque jour des étals attractifs en jouant sur les formes et les couleurs ;
  • accueillir, conseiller et fidéliser sa clientèle grâce à une excellente connaissance des produits ;
  • faire évoluer régulièrement son offre en fonction des tendances de consommation.

Sur le site où acheter local, vous pouvez retrouver la liste des primeurs des Hauts-de-France qui proposent des produits cultivés localement.

Un tremplin vers l’emploi

Le métier de primeur est un métier en tension qui recrute. Il existe actuellement 3 694 emplois pour la distribution de fruits et légumes frais en Hauts de France, que ce soit en commerce de détail, au rayon fruits et légumes d’une grande surface ou en centrale d’achat. L’étudiant qui choisit la formation de primeur s’engage dans la voie de la professionnalisation et de l’apprentissage, qui est particulièrement appréciée par les employeurs. Le primeur peut aussi choisir de monter sa propre entreprise. Actuellement, les besoins annuels en emplois dans la distribution de fruits et légumes sont évalués de 100 à 200 en Hauts-de-France.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email