mardi 03 août 2021
18 mai 2021

Normandie: startups 3,2,1 décollez !

Normandie, entreprise, start up, région, innovation, économie, emploiElles sont spécialisées dans la santé, les nouvelles technologies appliquées à l’industrie ou à la société, et inventent le monde de demain. Immersion dans les étapes de développement des startups, fers de lance de l’innovation en Normandie.

Une startup, c’est une entreprise avec un baby foot dans l’entrée…”. C’est souvent ce qu’entend Juliette Renauld, dont le projet infuse au sein de l’incubateur régional depuis 10 mois. Mais son travail est-il si “décontracté” ? Derrière le cliché se cache en effet un parcours bien plus exigeant qu’il n’y paraît. La bonne idée de départ, aussi innovante soit-elle, doit franchir bien des paliers et cocher toutes les cases d’une longue check-list pour réussir son décollage.

Une entreprise pas comme les autres

Pour Laurent Protin, la startup se caractérise par son rapport à une somme de “risques”. Le directeur général de Normandie Incubation connaît bien le sujet : en 20 ans, sa structure a accompagné plus de 300 projets d’innovation dans des domaines très divers. Il distingue 3 types de risques : les risques liés au marché (on ne sait pas s’il y a un marché pour ce produit), ceux liés aux finances du porteur de projet (il faut beaucoup d’argent pour rendre la technologie viable et la commercialiser). Enfin, le plus important peut-être, le risque humain : le porteur de projet a-t-il la capacité de mener à bien son idée?

Les créateurs de startup viennent d’horizons extrêmement variés. On trouve parmi eux des entrepreneurs, des personnes sans emploi, des salariés, des scientifiques. La plupart d’entre eux sont fraîchement diplômés, le plus souvent formés par la voie de l’apprentissage.

“Quand on lance ce type d’entreprise dans des secteurs très innovants, il faut acquérir des connaissances juridiques, des compétences managériales, commerciales, économiques… C’est tout l’enjeu de nos dispositifs d’accompagnement : aider chacun de ces porteurs de projet à se former, à échanger avec des contacts extérieurs, à trouver des associés… Bref, à accepter ces risques. Mais même en cas d’échec, l’expérience est forcément profitable !”.

« On mise sur un produit ou un service attendu sur le marché et qui recèle un grand potentiel de développement. De quoi créer beaucoup d’emplois : c’est l’un des enjeux »

Laurent Protin, directeur général de Normandie Incubation

Un parcours semé d’embauches

Il faut aussi, pour ces nouveaux entrepreneurs, mieux comprendre les ressorts d’un modèle économique bien différent de celui des entreprises classiques. Contrairement à ces dernières, qui financent leur développement grâce à leur chiffre d’affaires, les startup se doivent d’innover, quels que soient les bénéfices qu’elles engendrent. C’est ainsi qu’elles créent de la valeur.

En 2019, on comptait plus de 10 000 startup en France et ce chiffre augmente de 20% chaque année. “On note un vrai engouement pour cette logique de startup, qui répond bien aux enjeux sociétaux d’aujourd’hui.” Elles ont aussi un impact très positif sur le territoire où elles s’installent, puisqu’elles soulignent sa faculté de recherche et d’innovation et qu’elles créent une activité économique non négligeable. 10% des créations d’emplois en France seraient l’œuvre des startup, selon le cabinet d’audit KPMG (2019). Et sur les 311 projets accompagnés par Normandie Incubation depuis 2000, 228 entreprises et environ 1 300 emplois ont été créés dans la région.

Normandie, entreprise, start up, création, économie, emploi

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email