vendredi 09 décembre 2022
30 novembre 2021

Normandie: Génération média – éducation à la cybercitoyenneté

Biberonnée au numérique, la génération des digital natives baigne dans le cybermonde. Pourtant, elle n’en maitrise pas toujours les usages, méconnait ses limites et ses dangers potentiels. Les dispositifs d’éducation aux médias et d’éducation aux écrans mis en œuvre par la Région Normandie en partenariat avec les autorités académiques visent à outiller les jeunes pour les rendre moins vulnérables, plus actifs et responsables de leurs pratiques. Témoignages de ces futurs cybercitoyens.

@Zone d’Ondes

Quelques repères sur les pratiques numériques des jeunes

Plus de 90 % des lycéens ont un smartphone ; 70% des adolescents l’utilisent pour consulter les réseaux sociaux, principalement Instagram et Snapchat. La moitié d’entre eux ont en moyenne quatre comptes sur les réseaux. Les pratiques diffèrent entre filles et garçons : les premières sont attirées par les applications qui permettent la publication d’images et de vidéos ; les seconds consomment plus de jeux vidéo et de sites à caractère sexuel ou pornographique (37 % des garçons contre 5 % des filles). Les filles communiquent davantage sur les réseaux ; elles ont tendance à cumuler les comptes et ont des réseaux de contacts plus étendues. Elles sont aussi plus vulnérables aux agressions numériques.
(Source : 6e rapport de l’Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie, 2020)

 

Reporters Normandie Jeunes : la pédagogie par la pratique

Pour comprendre la fabrique de l’information, rechercher des sources, décerner le vrai du faux et se repérer dans un paysage médiatique foisonnant, rien de tel que de mettre le pied à l’étrier. C’est l’objectif du dispositif d’éducation aux médias porté par la Région Normandie, en partenariat avec les autorités académiques. Son nom : RNJ pour Reporters Normandie Jeunes.

Depuis 2017, 27 établissements et plus de 14 000 jeunes normands y ont participé. Les reporters formés dans les établissements sont aussi régulièrement sollicités pour participer aux évènements dont la Région est organisatrice ou partenaire : Olympiades des métiers, Forum mondial Normandie pour la Paix, Prix Bayeux Calvados Normandie des correspondants de guerre… Certains ont déjà quitté le lycée, mais reviennent pour former les nouveaux !

Pourquoi une éducation aux médias ?

Le développement du numérique a bouleversé l’environnement médiatique. Les citoyens ont désormais à leur disposition une multitude de sources et de plateformes d’information : la presse écrite, la radio, la télévision et, plus récemment, internet et les réseaux sociaux. Face aux nombreuses mutations de l’information, un processus de réappropriation s’avère nécessaire. Dans ce contexte, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) vise à développer une appropriation critique des médias en milieu scolaire afin de permettre au jeune public d’en faire un usage responsable et d’en percevoir les richesses autant que les limites et les dangers. Si l’éducation aux médias a d’abord été fondée sur l’utilisation de ceux-ci comme supports pédagogiques (articles, reportages, émissions…), le foisonnement des nouveaux médias a conduit à les considérer comme des objets d’étude. On est ainsi passé d’une “éducation par les médias” à une “éducation aux médias”.

La commission européenne définit l’EMI comme la “capacité à accéder aux médias, à comprendre et apprécier, avec un sens critique, les différents aspects des médias et leur contenu et à communiquer dans divers contextes”.

 

Education aux écrans : un dispositif unique en France

Depuis 2010, ce programme, initié par la Région Normandie, en partenariat avec le rectorat de l’académie de Normandie, le réseau Canopé et les Ceméa, propose aux lycéens et apprentis normands, des ateliers de sensibilisation aux enjeux et problématiques d’Internet : réseaux sociaux, gestion de son temps, identité numérique, droits et devoirs des internautes… Il a pour objet d’éduquer les jeunes aux usages raisonnés et critiques des écrans. Les ateliers, mené par les Ceméa (mouvement d’éducation populaire), passent par le jeu, la mise en situation et le débat. La parole est libre. Des sessions de formation en direction des enseignants et des actions de sensibilisation des parents sont également menés.

Depuis 2017, plus de 32 000  jeunes de Seconde (ou entrant en apprentissage) et Première en ont bénéficié, soit 8 200 jeunes en moyenne chaque année dans 72 établissements normands.
En plus de ces interventions, une enquête qualitative est menée auprès d’une cinquantaine de jeunes inscrits au dispositif selon une méthode d’analyse sociologique. Elle permet de suivre, année après année, l’évolution des comportements des adolescents sur Internet. Ces résultats sont publiés parl’Observatoire des pratiques numérique des adolescents en Normandie.

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email