vendredi 03 décembre 2021
20 octobre 2021

Normandie: ambition Portuaire pour 2021-2025

Depuis 2019, les ports de Cherbourg, Caen et Dieppe sont regroupés sous la bannière de Ports de Normandie, et depuis le 1er juin 2021, l’ensemble portuaire HAROPA, composé des ports du Havre, de Rouen et de Paris, a franchi une nouvelle étape de coopération en ne formant plus qu’un seul établissement.

portuaire, Région, Normandie

Photo : Eric Houri

La Région Normandie et les acteurs économiques, maritimes et industriels, des places portuaires du Havre et de Rouen, UMEP, UPR, SynerZIP, AEPJR, et Ports de Normandie ont ainsi souhaité construire une ambition portuaire industrielle et logistique pour la Normandie, dans une approche faisant une large place à l’ancrage territorial et au tissu économique local.

Elle regroupe des propositions émanant des acteurs économiques normands et de la Région Normandie, et se veut complémentaire du projet stratégique d’HAROPA Port.

Il est donc primordial de construire aujourd’hui un système portuaire performant, car les ports compétitifs de demain seront ceux qui auront réussi leurs transitions (énergétique, écologique, industrielle, numérique et humaine).

« Cette stratégie portuaire est l’expression d’une volonté partagée puissante de bâtir un projet dynamique autour de la Seine et son estuaire. Je suis très heureux de l’ambition et de l’énergie qui nous anime, et dans 10 ans, nous serons considérés comme une immense référence à la fois sur les questions énergétiques, sur un nouveau modèle de développement, et sur la capacité de créer de la valeur ajoutée nouvelle à travers les initiatives industrielles d’entreprises qui sont en train de se transformer en profondeur, compte tenu de l’enjeu du réchauffement climatique » déclare Hervé Morin, Président de la Région Normandie

 

Les ports, sites privilégiés pour un développement économique et industriel responsable et vertueux

Il s’agit de favoriser l’implantation d’industries sur les zones industrialo-portuaires normandes, notamment dans le domaine de la transition écologique : les EMR en accentuant la collaboration entre les places portuaires, l’Hydrogène en faisant de la Vallée de la Seine le territoire pilote pour la production comme pour la consommation, le CO2 en soutenant financièrement les projets industriels de captation. L’objectif est également de développer des parcs d’activités industrielles et logistiques d’excellence (environnementale, réglementaire, sociale) pour garantir la compétitivité des ports normands.

  • Quelques opérations déjà engagées par la Région Normandie :
  • Le partenariat entre EDF et Ports de Normandie en faveur du développement de Ports Attractifs, Innovants et Durables. Cet accord s’articule autour des quatre thèmes suivants : Qualité de l’air et alimentation à quai des navires / Production d’énergie / Carburants alternatifs / Hydrogène /Mobilité décarbonée / Innovation,
  • L’étude DEPLHY (Déploiement de l’Hydrogène) a permis d’identifier les conditions à réunir pour favoriser le déploiement de l’hydrogène décarboné en Vallée de Seine dans l’industrie et la mobilité lourde.
  • Le projet AviCAFE Seine (Avitaillement en carburants à faible émissions pour le transport fluvial et maritime dans la Vallée de la Seine) a pour finalité de faire émerger à court ou moyen terme une chaîne d’avitaillement en carburants à faibles émissions à l’échelle de la Vallée de la Seine (périmètre Région Normandie et Région Ile-de-France). Les carburants visés sont le gaz naturel véhicule (sous sa forme liquéfiée ou comprimée) et l’hydrogène.
  • L’étude préalable des projets de captation et de stockage du CO2 industriel « axe seine » coordonnée par SynerZIP LH, avec l’appui de nombreux industriels des zones industrialo-portuaires du Havre, Port Jérôme (AEPJR), Rouen (UPSIDE), et d’HAROPA, qui avait pour objectif principal d’étudier la faisabilité d’une infrastructure de récupération et transport du CO2 issu des processus industriels, en vue de sa valorisation et de son stockage

 

La transition écologique et énergétique comme levier de la compétitivité de l’Axe Seine

L’objectif est de limiter l’impact des activités industrielles et logistiques sur le changement climatique en favorisant la sobriété énergétique, en incitant à la multimodalité et à l’usage des modes massifiés, et en anticipant les conséquences du changement climatique dans les zones portuaires.

  • Quelques opérations déjà soutenues par la Région :
  • Modernisation des infrastructures pour développer le fret ferroviaire depuis les ports, à l’instar de la ligne Serqueux-Gisors, financée à hauteur de 90 millions d’euros par la Région,
  • Création de l’accès fluvial à Port 2000 dit « Chatière », soutenue par la Région à hauteur de 82,75 millions d’euros sur un budget de 125 millions d’euros.
  • Développer l’autoroute ferroviaire Cherbourg-Bayonne : l’aménagement de cet axe, porté aujourd’hui par Brittany Ferries, pourrait profiter aux ports du Havre et de Rouen pour lancer leur propre service ferroviaire depuis l’Espagne ou envisager un terminal d’éclatement afin que la navette quotidienne Bayonne-Cherbourg desserve également Rouen, Le Havre, ou Dieppe. La Région finance le terminal de ferroutage de Cherbourg via son financement apporté à Ports de Normandie, maître d’ouvrage de l’opération, soit un montant de 3 millions d’euros sur un projet estimé à 6 millions d’euros.

La transition numérique comme vecteur de croissance des places portuaires

L’objectif est de prendre le virage de la transformation numérique pour accroître la compétitivité des ports, en mutualisant par exemple des outils numériques comme le Port Community System à l’échelle des ports normands (ports d’Etat et ports régionaux), le DataLab Normandie.

A ce titre, la Région soutient déjà le projet Riphante, projet collaboratif de R&D qui a pour objectif de développer une plateforme de démonstration et d’expérimentation de solutions basées sur l’Internet des objets pour la zone industrielle et portuaire du Havre.

 

L’emploi et la formation comme clés de la réussite des projets d’implantation industrielle et logistique en Normandie

 Il s’agit de veiller à l’adaptation des besoins et des compétences dans le domaine portuaire et logistique afin de pouvoir répondre au besoin de main d’œuvre des nouvelles industries. L’idée est également d’améliorer l’attractivité des métiers et des formations dans ces domaines.

La Région soutient déjà le projet du Campus de la logistique : un processus de labellisation d’excellence du Campus des Métiers et Qualifications Supply Chain de Normandie (CMQ ESCN) est en cours. Ce campus a vocation à développer ses actions dans un projet de territoire, et par la voie d’une montée en qualifications de tous types de publics par des formations du CAP aux diplômes supérieurs de ses établissements et partenaires d’écoles ingénieurs.

Un ancrage territorial des ports adapté aux enjeux de développement économique

L’enjeu pour la Région est que les ports soient source de valeur ajoutée pour le territoire et pas seulement pour l’établissement portuaire. Ainsi, les acteurs publics et privés doivent peser dans les organes de gouvernance et l’examen des projets d’investissement ne doit plus se faire uniquement à l’aune du retour sur investissement pour les ports.

Cette ambition portuaire s’inscrit en complémentarité de la stratégie logistique déjà mis en œuvre par la Région dans le cadre de son Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) adopté en 2019, et approuvé par le Préfet de région en juillet 2020

Communiqué de presse

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email