21 janvier 2022

Sud: manger local et de saison, un geste citoyen, un geste santé !

Nous pouvons toutes et tous agir pour l’agriculture régionale. Il nous suffit pour cela de consommer des produits locaux et de saison. Cette démarche, facile à réaliser par chacun d’entre nous, renforce non seulement les emplois agricoles non délocalisables, mais également notre organisme. Voici quelques explications pratiques…

La santé

Manger de saison ne répond pas simplement à une mode mais relève plutôt du bon sens retrouvé. L’être humain s’est trop souvent soustrait à la nature jusqu’à devenir « hors sol ». Notre corps est tributaire des variations externes et inévitablement, les carences ne sont pas les mêmes selon les périodes. Les produits d’hiver répondent aux besoins de notre corps pour affronter le froid et pallier les carences en vitamines dues au manque de luminosité ou au stress et à la fatigue plus présents les mois d’hiver. De fait nous mangeons plus gras en hiver et les agrumes nous apportent les vitamines C et D qui nous font défaut.

Bien sur nos modes de vie plus confortables nous protègent davantage qu’au début du XXe siècle, mais nos corps, résultats de milliers d’années d’évolution, ont besoin d’un apport énergétique adapté aux saisons. C’est dans la nature qui nous environne que l’on peut puiser ces ressources. Consommer des produits de saison s’inscrit donc dans une démarche de santé.

 

Une nutrition saine

Manger une choucroute, un cassoulet ou une raclette en plein été s’inscrit dans la même aberration que manger des fraises, framboises ou tomates en hiver, d’ailleurs nous n’en avons pas très envie, honnêtement. En restant à l’écoute des besoins de notre corps (et non de notre gourmandise…), nous répondons aux principes de base de la nutrition.

 

L’économie locale

Consommer local permet de conforter les emplois du secteur agricole régional. Les commandes en ventes directes dynamisent l’activité qui peut ainsi se développer sur nos territoires et créer des emplois non délocalisables. Consommer local,  c’est également agir de façon responsable en ce qui concerne la planète en réduisant l’impact environnemental des transports de marchandises. Préférez le citron de Menton plutôt que les pomelos de Floride ou de Chine qui ne consommera pas le même carburant pour atterrir dans notre assiette. Attention le label bio n’est pas toujours un gage de proximité !

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email