lundi 28 novembre 2022
19 mai 2022

Sud : L’éolien flottant une énergie d’avenir

La Région Sud a participé au plus grand événement mondial de l’éolien en mer flottant, le FOWT (Floating Offshore Wind Turbines) à Montpellier du 16 au 18 mai. Un évènement qui réunit toutes les entreprises innovantes de la planète en termes de technologies d’éolien offshore.

L’évènement

Le Salon FOWT a vu le jour à Marseille pour se déplacer en 2019 en Occitanie. Le rôle des régions littorales dans le développement de la filière de l’éolien est déterminant. Avec plus de 930 participants de 24 pays différents en 2021, le succès du FOWT démontre tout l’intérêt de cette nouvelle énergie renouvelable. Cette année un comité scientifique s’est employé à sélectionner les innovations les plus pertinentes pour répondre aux besoins des territoires. L’objectif de cette conférence internationale est de faire progresser la filière et d’accélérer son intégration dans le mix des énergies renouvelables.

« La Méditerranée représente un gisement de vent exceptionnel, ce qui donne à notre région de véritables atouts pour développer l’éolien flottant. De nombreux industriels, PME et startup travaillent déjà à l’extension de cette filière en région Sud. Mettre le cap sur le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, tout en créant des emplois non délocalisables, c’est tout l’objectif du Plan Climat régional : faire de la Région Sud, une région neutre en carbone d’ici 2050.  Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes- Côte d’Azur

Où en est-on en Région Sud ?

Engagée dès 2017 aux côtés des Régions littorales pour développer cette filière d’avenir, la Région Sud possède le seul site d’essai, en mer Méditerranée, dédié à l’éolien flottant au large de Fos-sur-Mer. Elle prévoit la mise en service d’ici 2030 d’une centaine d’éolienne lui permettant ainsi de devenir la plus importante source d’énergie marine renouvelable dans les années à venir. L’objectif des Régions est d’atteindre, à l’horizon 2050, une puissance de 2 GW, l’équivalent en puissance de deux centrales nucléaires.

Pour atteindre cet objectif , les Régions se sont unies pour persuader l’Etat de revoir son PPE (Programmation pluriannuelle de l’Energie) à la hausse avec le soutien des industriels de la filière. Car seuls des volumes suffisants garantiront à la France l’émergence d’une filière industrielle irrigant l’ensemble des territoires. Une PPE plus ambitieuse et des appels d’offres réguliers permettrait de produire un volume annuel d’énergie renouvelable plus important et assurerai un mix énergétique plus rapidement mis en place.

L’éolien flottant pour la Région Sud permet d’assurer une certaine indépendance énergétique. En soutenant ce secteur, la Région Sud a été visionnaire et malheureusement l’actualité de la guerre en Ukraine et le problème d’approvisionnement en ressources énergétiques ont donné raison à cet élan.

L’environnement au cœur du sujet de l’éolien

La prise en compte des enjeux environnementaux sera une priorité pour la mise ne place de ces projets, qui seront tous soumis à une évaluation environnementale. Pour ce faire, un nouvel Observatoire national de l’éolien en mer a vu le jour en 2022 pour mener les premières études. La première concerne l’arc Atlantique. La seconde, réalisée avec l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer), va cartographier les frayères (lieux de reproduction de poissons) en Méditerranée. Avec l’Observatoire, un conseil scientifique national, épaulé par des représentants d’associations environnementales, de la pêche, des riverains, des énergéticiens livrera dans le même temps ses conclusions. Avant toute construction les parcs éoliens offshore seront soumis à autorisation et vérifications des autorités publiques en matière d’environnement. Les parcs seront ensuite exploités sur une durée d’environ 25 ans et démantelés à la fin de cette période.

Des engagements gagnant-gagnant jusqu’en 2050

L’engagement de l’Etat porte sur plus d’énergie produit par l’éolien offshore. La nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise aujourd’hui les 20 gigawatts (GW) attribués d’ici à 2030, pour atteindre 50 parcs avec 40 GW raccordés en 2050.

En échange, la filière s’engage à investir 40 milliards d’euros et à quadrupler le nombre d’emplois créés afin de dépasser les 20 000 postes en 2035.

Une autre exigence de l’Etat consiste à produire les composants industriels nécessaires à l’éolien flottant en France pour garantir une indépendance industrielle nationale et européenne.

Rapides calculs en termes d’énergie

25 MW répond aux besoins énergétiques d’une ville de 50 000 habitants comme Fréjus

250MW correspond aux besoins d’une métropole de 500 000 habitants comme Montpellier

1GW est la puissance moyenne d’un réacteur de centrale nucléaire

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email