vendredi 27 janvier 2023
16 janvier 2023

Hauts-de-France : 2021-2027 – le premier contrat de plan État-Région à l’échelle des Hauts de France est signé

Plan État-Région, Hauts-de-France, Région

Signé par l’État et la Région, mais également par la Métropole européenne de Lille (Mel), la Communauté d’agglomération Amiens Métropole (CAAM) et les cinq Conseils départementaux, le contrat de plan État-Région (CPER) 2021-2027 permettra une action forte et coordonnée au service des habitants de la région. Enveloppe globale : plus de 2,7 milliards d’euros sur 7 ans, auxquels s’ajouteront les crédits relatifs à la mobilité des personnes et des marchandises.

Pour la première fois, les Régions ont eu la possibilité de définir elles-mêmes les enjeux et thématiques qu’elles souhaitaient retenir pour le CPER. Pour être au plus près des besoins des habitants et des territoires, la Région Hauts-de-France a travaillé avec l’ensemble des acteurs locaux. Un partenariat rare et unique en France.

#CPER20212027 « Il est le fruit d’un long travail et un partenariat ambitieux pour les sept ans à venir. Il est synonyme de développement et d’emplois, afin de préparer l’avenir et de répondre aux grands enjeux de demain sur l’ensemble des territoires », @xavierbertrand. pic.twitter.com/sOBGp1S9hb

Six axes d’actions coordonnées pour des investissements d’avenir

Le diagnostic ainsi établi a permis de mettre en lumière plusieurs axes qui bénéficieront de l’action forte et coordonnée de l’État et ses opérateurs, de la Région, des Départements, de la MEL et de la CAAM :

  • Accompagner la transition vers un nouveau modèle de développement basé sur la décarbonation de l’économie tout en préservant les ressources et les milieux naturels. Pour cela, la Région s’engage pleinement dans la dynamique rev3, véritable catalyseur des ambitions et actions des Hauts-de-France pour promouvoir une région plus durable et plus solidaire. (axe 1 “accélérer le changement de modèle de développement” : 19% des crédits)
  • Répondre aux fragilités sociales et au fonctionnement hétérogène des territoires et lutter contre les exclusions (axe 2 “soutenir les territoires” : 57,3% des crédits et axe 3 “lutter contre les exclusions” : 8,8% des crédits)
  • Soutenir et accélérer les potentialités de développement, en favorisant l’attractivité de la région en matière de culture, d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation (axe 4 “développer l’attractivité de la région” : 14,8 % des crédits) et en matière de mobilités (axe 5 “favoriser la mobilité des personnes et des marchandises au sein des territoires et conforter les infrastructures de transports”, dont l’avenant est prévu en 2023)
  • Renforcer la conduite partagée de l’action publique et coordonner la stratégie de la connaissance (axe 6 “gouvernance et conduite partagée de l’action publique”).

Le CPER, une mise en cohérence de l’ensemble des fonds publics

Le CPER va permettre de financer des investissements d’avenir à hauteur de plus de 2,7 milliards d’euros sur 7 ans, hors mobilités:

  • État : 994 millions d’euros, 36 %
  • Région : 995 millions d’euros, 36 %
  • Autres signataires : 768 millions d’euros, 28 %

Le CPER met en cohérence l’ensemble des fonds publics des différents acteurs (État, Région, Europe et collectivités territoriales) pour une meilleure efficacité. Ainsi, les efforts de chacun seront concentrés sur des orientations stratégiques communes en lien avec les principaux schémas régionaux (SRADDET, SRDEII, SRESRI, S3…). Par ailleurs, les financements seront optimisés et articulés avec les opportunités de financements européens (FEDER/FSE) ainsi qu’avec les plans de relance de l’État et de la Région.

Consulter l’article

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email