lundi 26 octobre 2020
5 octobre 2020

Guyane: ouverture de la salle de lecture de la Maison des Cultures et des Mémoires de la Collectivité

A partir du lundi 5 octobre 2020, la salle de lecture de la Maison des Cultures et des Mémoires de la Guyane (MCMG) ouvrira ses portes au public.

Collectivité, Guyane, Culture, archives

La création de la Maison des Cultures et des Mémoires de la Guyane est née en 2010 de la volonté de l’ex région, puis de la Collectivité Territoriale de Guyane, de réunir les Archives territoriales, les deux musées territoriaux  et le dépôt archéologique de l’Etat, dans le cadre d’un projet global incluant également la réhabilitation du site Jean Martial, afin de doter le territoire d’un outil professionnel et efficace  qui se veut être un lieu, unique au monde, de conservation du patrimoine culturel, écrit, muséal et archéologique   de l’Amazonie française.

Cet édifice de 6 573 m², situé à Rémire-Montjoly,  conserve les fonds des Archives territoriales de Guyane mais également les réserves des musées territoriaux. Il est aussi destiné à accueillir le centre de conservation et d’études du Service Régional de l’Archéologie.

La création de ce nouvel outil ambitieux, s’inscrit dans le cadre du schéma territorial de développement culturel 2015-2020, porté par la Collectivité Territoriale de Guyane.

L’ouverture de la salle de lecture, première phase

L’ouverture de la MCMG s’organisera en plusieurs étapes.

La première étape est celle de l’ouverture au public  à partir du lundi 5 octobre 2020, de la salle de lecture, du site de Rémire-Montjoly, dédiée à accueillir :

  • le grand public  : les personnes désireuses d’effectuer des recherches administratives et généalogiques
  • les professionnels : historiens, chercheurs universitaires dans le cadre de travaux d’études et de recherche

Cette salle offrant une capacité d’accueil de 32 places, propose 9 postes de consultation des microfilms et des documents numériques.

Zoom sur les Missions des Archives Territoriales 

Elles ont pour mission de gérer (collecter, classer, conserver et communiquer) les archives produites, depuis l’origine de la Guyane française jusqu’à nos jours, par toutes les administrations et services publics ayant ou ayant eu leur siège sur le territoire de la Guyane :

  • Collecter : tous les services administratifs et établissements publics de la Guyane (Etat ou collectivités territoriales), ainsi que les officiers publics (notaires, huissiers, commissaires priseurs) doivent verser leurs archives aux Archives territoriales ; les communes et les hôpitaux peuvent aussi y déposer leurs archives anciennes. Les Archives territoriales recueillent également des fonds privés (familles, associations, entreprises, etc.) qu’elles acquièrent par achat, don, legs ou dépôt.

 

  • Classer: le service produit des inventaires et catalogues, autrefois dactylographiés ou imprimés, aujourd’hui informatiques. Classement et inventaire apportent une plus-value aux fonds conservés en les rendant accessibles et en leur donnant leur valeur cognitive et esthétique.

 

  • Communiquer: les Archives territoriales assurent la communication au public des archives qu’elles conservent dans le respect de la réglementation en vigueur et, pour les archives privées, de la volonté des donateurs ou dépositaires. La consultation s’effectue dans le cadre de recherches historiques ou familiales (généalogie), mais également administratives (droit de propriété, filiation, actes judiciaires, etc.) : les Archives territoriales permettent ainsi aux citoyens d’exercer leur droit d’accès aux documents administratifs (loi du 11 juillet 1978 modifiée). Cette communication prend plusieurs formes : mise à disposition des documents en salle de lecture ou sur internet, publications à caractère historique, expositions, conférences, atelier de généalogie,, etc.

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email