dimanche 24 octobre 2021
13 octobre 2021

Bretagne: energies marines, le site de Paimpol-Bréhat poursuit ses tests hydroliens

En Région Bretagne, une réunion annuelle avec tous les acteurs du comité de liaison du site d’essai hydrolien s’est tenue ce mardi 12 octobre, piloté par EDF, partenaire de Régions de France. Le site d’essai de Paimpol-Bréhat, teste activement les technologies hydroliennes dans le cadre du projet européen « Tiger » .

Michel Lopez, délégué aux transitions environnementales et énergies marines à la Région Bretagne, a évoqué une filière à aider au sens large. « La société Hydroquest a testé deux années durant un démonstrateur qui a été relié au réseau électrique ; elle vient de quitter le site et le programme va se poursuivre en 2022 sur un prototype du groupe suédois Minesto ».

  • Le seul site pilote pour les hydroliennes en mer relié au réseau électrique français en courant continu.
  • 10 ans d’expérience dans les essais hydrogènes
  • 35 à 40 m de profondeur et une surface 3,5 ha pour tester des prototypes
gros plan sur le prototype d'hydrolienne Minestro sur une barge en mer
Le prototype Minestro et sa turbine innovante « deep green », testés à partir de 2022 : une petite centrale marémotrice volante qui produira de l’électricité en étant propulsée par les courants marins.  

« L’enjeu est de taille » pour Fanny Chappé, maire de Paimpol et conseillère régionale. « Notre souhait est d’accompagner toutes ces innovations vertueuses pour sortir de notre dépendance énergétique ; il en va de l’intérêt général ». Un investissement de l’ordre de 1,5 M€ sur trois ans.

Jean-Philippe Berton, délégué EDF Bretagne, assure « qu’il faut jouer collectif ». Pour cette raison, aucune location du site n’est demandée aux entreprises qui viennent tester leur matériel. Le site Paimpol-Bréhat est unique en France pour les tests hydroliens en mer (il y en a un second en Écosse). Aujourd’hui, pour les élus et tous leurs partenaires, l’heure est à la prospection. L’association Bretagne Ocean Power, créée par la Région, et son chargé de mission Philippe Thieffry annoncent « une coordination de tous les acteurs économiques bretons liés aux énergies marines renouvelables ».

Les élus et responsables du site sont également convaincus que cette recherche à l’internationale est intéressante pour des liens à créer entre industriels du secteur.

 

Tests positifs pour l’hydrolienne CMN/HydroQuest

Immergée sur le site de Paimpol-Bréhat de mars 2019 à octobre 2021, Le prototype d’hydrolienne OceanQuest (conçue par HydroQuest et construit par CMN) confirme ses résultats positifs : deux ans de tests en continu ont permis au constructeur français de prouver sa puissance et sa robustesse et de suivre ses impacts environnementaux. Un bilan complet  sera réalisé par CMN/HydroQuest.

Prototype suédois Minestro et nouveaux projets pour 2022

Le site de Paimpol-Bréhat accueillera  un nouveau programme de test en 2022. Il va préparer l’arrivée d’ un démonstrateur d’hydrolienne au concept particulièrement innovant : le prototype suédois Minestro qui fait voler sous l’eau sa turbine « deep green », fixée au fond de la mer par une ligne d’ancrage et propulsée tel un cerf-volant par la force des courants marins.

D’autres collaborations  se poursuivent aussi avec le monde universitaire pour permettre aux chercheurs et aux industriels d’utiliser le site pour des tests de matériaux ou briques technologiques sous l’égide de France Energies Marines, notamment.

Le projet européen Tiger

Le site d’essais hydrolien de Paimpol-Bréhat bénéficie du soutien financier du programme européen Interreg Manche dans le cadre du projet Tiger (2019-2023) dont l’objectif est d’accompagner l’essor de la la filière hydrolienne grâce au développement simultané de plusieurs sites hydroliens de part et d’autre de la zone Manche, en France et en Angleterre. Le territoire breton conforte ainsi sa position de leadership pour accélérer le développement des EMR avec l’appui de l’Union européenne qui réaffirme son soutien aux énergies marines (avec pour objectifs la mise en service de 100 MW à 2025, 1 GW à 2030 et 40 GW en 2050 hors éolien en mer),

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email