jeudi 25 février 2021
20 janvier 2021

Sud: dans les Bouches-du-Rhône, la Région s’engage pour le bien-être des habitants

De passage à Salon-de-Provence et Aix-en-Provence le lundi 18 janvier à l’occasion de la présentation de ses voeux au territoire, le Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a pu notamment visiter l’Institut de Formation de Soins Infirmiers ou encore signer le contrat d’objectifs avec la Société du Canal de Provence. 2 séquences symboliques de l’engagement de la Région Sud pour la santé des habitants et l’aménagement de leur territoire.

bien-être, Transition énergétique, santé, Région Sud

La santé et l’avenir des étudiants du sanitaire et social au coeur des enjeux régionaux

Compétence forte de la Région, les formations sanitaires et sociales sont un enjeu essentiel pour la santé et le bien-être de la population. Dès le début de la pandémie, près de 4 000 étudiants se sont engagés pour soutenir la première ligne en Région Sud. Tous ont bénéficié d’une prime COVID régionale de 200 à 1 000 euros selon leurs formations. Aujourd’hui plus que jamais, la Région Sud souhaite accompagner ces étudiants pour faire de ces secteurs une réelle perspective d’avenir.

La formation des étudiants du sanitaire et sociale, une priorité régionale

Consciente de la nécessité de former suffisamment de professionnels aux métiers du soins afin de répondre aux besoins en personnel soignant des territoires, la Région Sud a voté par délibération 100 places supplémentaires de postes infirmiers et prévoit pour l’année 2021 :

  • Une augmentation de 240 élèves aides-soignants compte tenu des besoins en aides-soignants notamment dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et les établissements de santé. L’impact de cette augmentation est évalué à près de 877 000 € sur l’année 2021 ;
  • La revalorisation règlementaire des indemnités de stage des infirmiers et des manipulateurs d’électroradiologie médicale, estimée à 1 255 000€ ;
  • Par ailleurs, au titre de l’accord Etat/Région en faveur de l’investissement dans les compétences voté lors de l’assemblée plénière du 17 décembre 2020, ce sont 1,44 M€ qui seront proposés au vote de la session de février 2021 pour la création de 141 parcours supplémentaires de formation, dont 91 dans les formations sanitaires.

Les Instituts de Formation de Salon de Provence – Groupement de coopération sanitaire du pays d’Aix

Depuis 2013, les instituts de formation du centre hospitalier de Salon-de-Provence sont intégrés au Groupement de Coopération Sanitaire du Pays d’Aix (GCSPA). Ce groupement forme plus de 600 élèves étudiants dans 3 filières de formation : infirmier, aide-soignant et cadre de santé sur les sites d’Aix en Provence, Pertuis, Salon de Provence.

Les instituts de Salon-de-Provence préparent aux formations initiales d’infirmiers et d’aides-soignants. Cet établissement est le seul Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) implanté sur le bassin d’emploi de Salon-de-Provence ce qui lui procure une place centrale dans le développement local.
Dans le contexte de la crise sanitaire liée au COVID 19, le GCSPA a proposé de déployer gratuitement à l’ensemble des Instituts de Formation d’Aides-Soignants régionaux les modules de formation digitalisés du projet AS 3.0 en ouvrant des droits à tous les élèves intéressés. Cette initiative solidaire a été accueillie avec enthousiasme par près de 2 000 élèves et formateurs des IFAS de la région qui ont eu un accès gratuit à cette plateforme numérique.

La Région s’est fortement investie pour proposer d’excellentes conditions de vie et d’études à travers des investissements dédiés à la modernisation des instituts de formation. L’Institut de Salon-de-Provence forme chaque année 205 infirmiers et aides-soignants avec un taux de plus de 95% d’insertion professionnelle. La Région Sud soutient à hauteur de 310 000€ le projet digital de formation développé pendant le premier confinement pour que les aides-soignants puissent se former à distance. Il s’agit donc d’un institut de formation pilote en matière d’innovation pédagogique et fortement engagé durant la crise sanitaire.

Les aides de la Région pour l’établissement de Salon-de-Provence

– Sur l’année scolaire 2020/2021, l’institut compte 83 bénéficiaires de la bourse d’études régionale dont 6 élèves en formation d’aides-soignants et 77 étudiants infirmiers pour un montant de plus de 257 000 €,
– 3,2M€ pour l’institut de Salon-de-Provence en 2020 pour l’amélioration des conditions d’étude et des équipements,
– 4 000 étudiants ont été mobilisés pour lutter contre le COVID-19 et ont ainsi bénéficié d’une prime COVID régionale de 200 à 1 000 euros selon leurs formations pour un total de 4 millions d’euros pendant la première vague.

Préserver l’eau, un engagement fort de la Région Sud

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est engagée dans la préservation de la ressource en eau, axe fort de son Plan Climat, « une COP d’avance ». Le territoire est vulnérable, et le lien étroit qu’il existe entre le réchauffement climatique et la pénurie d’eau est avéré. Que ce soit pour un usage domestique, industriel ou agricole, cette ressource devient l’or bleu de demain. Avec cette compétence, la Région Sud favorise l’animation entre les différents Etablissements Publics Territoriaux de Bassins présents sur son territoire ainsi qu’avec l’Etat, l’Agence de l’eau et la Société Canal de Provence.

La gestion de l’eau, une politique régionale basée autour de la Cop d’avance

Une compétence régionale depuis 2018

Historiquement, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le développement des activités économiques s’est construit autour de la gestion de la ressource en eau. Le changement climatique et l’évolution socio-économique du territoire redéfinissent la gestion de l’eau comme un des grands enjeux de l’aménagement du territoire régional. La Région, en tant qu’acteur en matière d’aménagement du territoire et de développement économique, dispose donc des atouts nécessaires pour cette nouvelle mission qu’elle assure depuis le décret ministériel du 9 juillet 2018.

Chiffres clés
– 46 000 km de cours d’eau dont 2 000 km sont des réservoirs biologiques,
– 14 milliards de m3 en eaux de surface dont 1,2 milliard de m3pour la retenue de Serre-Ponçon,
– 86 % des usages sont couverts par les eaux superficielles dont 2/3 proviennent du système Durance-Verdon,
– 70 collectivités gestionnaires de milieux aquatiques sur le territoire pour 83% de la population,
– 5 000 emplois directs sont liés à l’eau en région,
– 10 % de la production hydraulique nationale sont assurés par le système hydroélectrique Durance-Verdon.

Zoom sur une ressource primordiale

La Région Sud apporte une extrême attention à sa mission de gestion de l’eau, des milieux aquatiques et humides de son territoire. L’importance de leur préservation a un impact très fort sur l’aménagement du territoire régional, ses activités socio-économiques et son cadre de vie.
L’eau est également une priorité retenue dans les deux volets interrégionaux : le plan Rhône et la Convention Interrégionale du Massif des Alpes ainsi que sur les fonds structurels avec les mesures « continuité écologique » du FEDER (9 M€) et « hydraulique » du FEADER (18 M€).
A ce titre, la Région via la concession régionale des ouvrages hydrauliques concédés à la Société du Canal de Provence dispose d’un opérateur régional public pour maintenir l’attractivité des territoires, la qualité de vie des populations et la solidarité entre les différents bassins versants par une approche régionale. La gestion de la ressource en eau doit être considérée comme un atout et non un frein au développement économique et démographique, à condition de faire converger les politiques publiques de préservation de l’environnement, de développement économique et d’aménagement du territoire.

Les objectifs à court et long terme

Dans le cadre du Plan Climat « Une COP d’avance », la priorité est de répondre aux enjeux du changement climatique sur la disponibilité de la ressource en eau. La Région Sud souhaite diminuer la demande en eau par des actions de sensibilisation des usagers et des investissements sur les ouvrages. Elle va diversifier les ressources pour les territoires les plus vulnérables.

Cette stratégie se traduit par un aménagement du territoire qui prend en compte la disponibilité des ressources et leur préservation. A ce titre, ce sont plus de 3,6M€ sous forme de subventions qui sont alloués chaque année à la société d’aménagement. Le plan pluri annuel d’investissement de la Société Canal de Provence a été approuvé par l’exécutif régional pour un montant de 620M€.

Dans le contexte actuel de changement climatique, toutes les prospectives le confirment, les Régions méditerranéennes seront fortement impactées. Pour la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les impacts sur l’eau et sur l’énergie constituent des enjeux majeurs. Il devient primordial de trouver des solutions concrètes pour assurer une bonne transition énergétique ainsi qu’une préservation et une gestion équilibrée de la ressource en eau et ce, afin de poursuivre le développement économique de la Région.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email