samedi 04 décembre 2021
12 mai 2021

Corse: une grande expédition au service de la biodiversité

Les scientifiques du programme d’exploration de la biodiversité, “La Planète Revisitée en Corse”, réalisent du 10 au 28 mai 2021, leur dernière mission de terrain. Menée par le Muséum national d’Histoire naturelle, en partenariat avec la Collectivité de Corse et l’Office français de la biodiversité, cette expédition a pour objectif de moderniser les inventaires de taxons méditerranéens en les enrichissant d’images numériques et en prélevant des échantillons de tissus destinés au séquençage ADN.

Biodiversité, expédition, environnement, Collectivité, CorseAlgues, invertébrés marins (crustacés, mollusques…) et terrestres (insectes et autres invertébrés) restent la cible principale de cet inventaire, qui aura lieu cette fois sur la côte occidentale depuis Carghjese jusqu’à la Pointe de la Revellata pour le volet marin, et dans u Capicorsu et la côte orientale pour le volet terrestre.

Grâce aux moyens déployés, cet inventaire de biodiversité sera une référence, non seulement pour la Corse et le continent, mais aussi pour les grandes îles de Méditerranée. Cet échantillonnage viendra ainsi compléter les données scientifiques collectées, jour après jour, par les acteurs de la conservation de la nature et du développement durable de l’Île (Università di Corsica, Parc naturel régional de la Corse, Conservatoire des Espaces naturels de Corse…), sous l’égide de la Collectivité de Corse – Culletività di Corsica et de son Office de l’Environnement – Uffiziu di l’Ambiente di a Corsica.

 

Exploration des fonds marins de la côte occidentale- Du 10 au 28 mai 2021

Depuis Carghjese jusqu’à la Pointe de la Revellata, prairies d’algues brunes, biotopes d’algues calcaires encroûtantes profondes, herbiers de posidonies, micro-estuaires, lagunes côtières, grottes sont explorés sur la façade maritime occidentale. L’expédition bénéficie de façon privilégiée des moyens à la mer et du savoir-faire des personnels de l’Office de l’Environnement de la Corse, et de ceux du Parc Naturel Régional de la Corse, gestionnaire de la zone, et tous deux partenaires scientifiques de l’opération.

Les mollusques, crustacés et algues constituent la cible principale de l’échantillonnage. Différentes méthodes d’exploration sont déployées : la pêche à pied, des plongées couplées à des méthodes de prélèvement (paniers de brossage, aspirateurs sous-marin) et le déploiement de petits engins de pêche (dragues, nasses) pouvant aller jusqu’à 100 mètres de profondeur. Les échantillons sont ramenés rapidement au laboratoire installé pour l’occasion dans la salle d’exposition communale de la mairie de Portu Ota (ancien grenier gênois), où la chaîne de tri traite les spécimens vivants. Les organismes sont séparés par grands groupes taxonomiques puis photographiés vivants, leurs couleurs étant une aide essentielle à leur caractérisation.

​Exploration des écosystèmes terrestres de la côte orientale – Du 13 mai au 28 mai 2021

Pour cette dernière zone d’étude, les équipes, en partenariat avec les gestionnaires d’espaces, le Conservatoire du littoral et l’Office national des Forêts (ONF), profitent du soutien de la base aérienne 126 de Vintisari-Sulinzara. Les sites d’intérêt pour la conservation de la biodiversité (Natura 2000, ZNIEFF…) sont les principales cibles : zones humides du littoral de Palo, Ovu Santu et Carrataghju, forêts de Pinia et de Serra di Scopamena (Valavo) et le marais de Purtiveghju.

Les efforts d’échantillonnage sont concentrés sur les groupes de faune et de fonge les plus riches en espèces ou les moins documentés, à savoir les diptères (mouches, syrphes…), les hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis…), les coléoptères (scarabées, longicornes, taupins…), les hémiptères (punaises…), ainsi que les neuroptères (chrysopes), dermaptères (perce-oreilles), blattes et orthoptères (criquets et sauterelles). D’autres invertébrés tels que les mollusques terrestres (escargots), araignées et opilions, vers de terre, cloportes et myriapodes sont également objets de l’étude. Différents types de pièges d’interception ou attractifs sont utilisés, comme des tentes Malaise et des assiettes colorées…, couplés avec le tamisage de litière, le fauchage et battage de végétation et l’écoute des émissions sonores

Consulter l’article

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email