dimanche 25 octobre 2020
2 octobre 2020

Sud: consommation durable, le retour de la consigne !

Dans le cadre de la semaine européenne du développement durable, focus sur un projet innovant et régional ! Un peu partout sur le territoire de la Région Sud, on constate un retour de la consigne des bouteilles en verre. Un saut d’une époque en arrière qui pourrait bien aider le futur de la planète.

Consigne, developement durable, Région, SudL’association Ecoscience fonde « Consigne de Provence »

Elle s’est formée à Brignoles, dans l’objectif de prodiguer des conseils et trouver des solutions pour la réduction des déchets auprès de producteurs et industriels. En aidant les producteurs de vins à opter pour ces bonnes pratiques environnementales, ils se sont heurtés à une remarque récurrente de certains « anciens » : « Avant, nous avions la consigne et c’était très efficace ! »

Disparue depuis les années 90 en France, la consigne interroge les jeunes de l’association. L’idée fait son chemin et avec le soutien de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie) et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ils se lancent dans l’aventure en 2018 en commençant à travailler avec un domaine viticole. Ils fondent « Consignes de Provence ». La collecte de bouteilles et de distribution de bouteilles dans la région est prise en main, le lavage par une mise en réseau d’associations sur tout le territoire national. Ainsi, 35 000 bouteilles de vin ont été lavées par des sous-traitants en Bourgogne et remises en circulation en 2019 par « Consignes de Provence ». L’objectif de la structure étant de collecter, consigner et réemployer plus de bouteilles encore auprès des producteurs locaux.

L’association ambitionne à l’horizon 2025 d’ouvrir un centre de lavage dans la région afin d’éviter les transports, de créer des emplois locaux en supplément du centre de tri et des usines verrières existantes.

Aujourd’hui quatre autres producteurs ont adopté le système de consigne comme des vignerons et des brasseurs locaux, une cinquantaine d’autres artisans de la région se penchent eux-aussi sur cette possibilité.

Pourquoi la consigne plutôt que le recyclage ?

Contrairement aux emballages plastiques, une bouteille en verre peut être facilement lavée et réutilisée jusqu’à 50 fois.  Ecoscience y veille grâce à un procédé de contrôle qualité. Les bouteilles sont lavées dans une solution basique et portées dans un bain à 80°C. C’est plus économe en énergie et nécessite qu’une quantité minime de produits chimiques.

Fabriquer une bouteille à partir de tessons de verre nécessite une refonte à 1 500°C ; une perte énergétique considérable. De plus, réemployer une bouteille au lieu de la recycler permet d’économiser plus de 33% d’eau, de réduire de 76% l’énergie dépensée et de produire 79% de gaz à effet de serre en moins. En termes de développement durable, difficile de mieux faire !

Une prochaine généralisation de la consigne ?

Le retour à la consigne faisait partie des 150 propositions de la Commission Citoyenne pour le Climat, remises au Président de la République.  Le Gouvernement pourrait donc se trouver dans l’obligation de rendre la consigne obligatoire d’ici quelques années.

D’autant que la France est en retard sur ses voisins d’Outre-Rhin : elle ne trie et recycle que 60% de ses bouteilles, contre 90% en Allemagne !

Une proposition de consigne sur tout le territoire français

Mais Provence-Alpes-Cote d’Azur n’est pas la seule région où la consigne se réinstalle, de nombreux organismes tentent de faire revivre cette alternative au recyclage, moins énergivore et moins chronophage.

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email