lundi 03 octobre 2022
3 mars 2022

Centre-Val de Loire : « C’est une avancée historique face à la désertification médicale »

santé, désert médicale, François Bonneau, PM, Premier ministre, CVLPour remédier à la raréfaction des médecins en Centre-Val de Loire, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la création d’une antenne hospitalo-universitaire de formation de médecins à Orléans. L’objectif : former 500 étudiants en région Centre-Val de Loire, contre 200 aujourd’hui. François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire, donne les détails de ces annonces historiques pour le territoire.

Face à une désertification médicale croissante, vous avez porté auprès du premier Ministre les demandes pour la création d’une antenne de la Fac de médecine à Orléans et l’augmentation du nombre de médecins formés. À quels besoins urgents répond-il pour les habitants ?

François Bonneau – L’état des lieux est catastrophique. 25% de nos habitants ne parviennent pas à avoir de médecins référents. Des personnes n’ont plus accès aux soins aujourd’hui. Résultat : lorsqu’elles parviennent enfin à obtenir un rendez-vous, il est bien tard et leur maladie bénigne peut s’être transformée en maladie chronique lourde. C’est inacceptable, l’accès aux soins est un droit fondamental de notre société.

La situation est d’autant plus préoccupante que la moyenne d’âge de nos médecins est de 58 ans, ce qui laisse entrevoir une vague importante de départs à la retraite. Pour 100 000 habitants, nous avons 97,9 médecins généralistes (tous modes d’exercice confondus). La moyenne nationale est de 123,8… Ce ratio nous classe en dernière position des régions françaises ! Pour nous replacer au niveau national, il nous faudrait 660 médecins généralistes de plus… D’autant que cette situation continue de se dégrader. Nous formons, chaque année, 300 médecins, (soit 11,66 nouveaux médecins par an pour 100 000 habitants, contre 14,94 au niveau national), il nous faut viser plus haut et atteindre 500 nouveaux médecins par an.

« Finie la politique des petits pas. Le Centre Hospitalier Régional d’Orléans va donc devenir un Centre Hospitalier Universitaire. De plus, la cible d’un numérus clausus à 500 est validée. »

Vous avez été entendu par le gouvernement, quelles avancées avez-vous pu obtenir concrètement ? Quelles sont les prochaines étapes ?

François Bonneau – Le Premier Ministre a reconnu le bien fondé de notre démarche et a accepté de changer de paradigme. Finie la politique des petits pas. Le Centre Hospitalier Régional d’Orléans va donc devenir un Centre Hospitalier Universitaire. De plus, la cible d’un numérus clausus à 500 est validée.
C’est une décision historique, jusqu’ici il n’était pas question de former à Orléans. Ces engagements sont fermes et irrévocables. Une mission de préfiguration a été nommée, elle va déposer ses conclusions au plus tard début avril. J’insiste, cette mission ne sera pas chargée d’évaluer si ces décisions sont opportunes, mais comment les mettre en œuvre. Nous espérons les premières mises en œuvre concrète cette année.

Vous avez lancé le salariat des médecins en Centre-Val de Loire et continuez à financer la création de Maisons de Santé Pluridisciplinaires. La solution pour lutter contre la désertification médicale est donc multiple ?

François Bonneau – Effectivement, nous avons aujourd’hui 108 maisons de santé pluridisciplinaires avec plus de 330 médecins et plus de 1 200 professionnels de santé. D’autre part, j’ai engagé un programme de recrutement de 300 médecins salariés d’ici 2028. Nous en avons déjà une vingtaine, nous espérons en convaincre une trentaine de plus cette année.  Cela nous permet d’avoir une offre de médecine libérale avec les maisons de santé et une offre de santé complémentaire avec des médecins salariés. Nous travaillons en parallèle sur le sujet des infirmiers. Nous en avions 800 formés, l’objectif est d’atteindre les 1 625 à horizon 2025.

Consulter l’article

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email