mercredi 27 octobre 2021
30 décembre 2020

Bourgogne-Franche-Comté: vingt millions d’euros pour défendre l’emploi

Dans le cadre du plan d’accélération de l’investissement, la Région Bourgogne-Franche-Comté s’est dotée d’un fonds de relocalisation et de transition vers une économie décarbonée. D’un montant de 20 millions d’euros, il permet de financer massivement les projets des entreprises qui créent et/ou préservent des emplois de la Région.

l'emploi, transition écologique, économie, Bourgogne-Franche-ComtéÀ Dampierre, dans le Jura, EMCO France entend rapatrier la production de tapis d’entrée techniques qui s’effectuait jusqu’alors en Allemagne.  L’enjeu : faire du site de production français le centre d’expertise exclusif sur ces produits et créer 15 emplois supplémentaires d’ici 3 ans. Pour agrandir ses locaux et s’équiper en nouvelles machines, l’entreprise recevra une aide de 479 000 € de la Région Bourgogne-Franche-Comté, correspondant à la moitié de ses investissements.

Ce gros coup de pouce régional a été rendu possible par la création d’un fonds de relocalisation et de transition vers une économie décarbonée, dans le cadre du plan d’accélération de l’investissement adopté le 9 octobre 2020. Doté de 20 millions d’euros, ce fonds permet de conforter l’attractivité économique de la Bourgogne-Franche-Comté pour les groupes qui cherchent à relocaliser leur activité, de manière offensive – avec un nouveau projet comme pour EMCO – ou défensive – en évitant la fermeture d’une usine. Ainsi, à Senan, dans l’Yonne, la Région accompagnera la filiale européenne du groupe québécois PTWE qui vient de reprendre un site de production d’équipements d’assainissement. La subvention régionale de 326 000 € permettra d’internaliser la fabrication de certains composants et de maintenir 22 emplois.

Santé et transition écologique

Ouvert jusqu’au 31 décembre 2021, le fonds de relocalisation et de transition vers une économie décarbonée soutient également les projets de développement de produits pour faire face à la crise du COVID-19. À Quetigny, en Côte-d’Or, le laboratoire SPPH a élaboré un spray nasal qui réduit de 50 % le risque d’infection par le virus. Il bénéficiera d’une aide de 980 000 € pour lancer la fabrication.
Enfin, ces 20 M€ ont vocation à financer les innovations en lien avec la transition écologique et énergétique. À Marnay (70), ENR.J VALO met au point un process de traitement des déchets par gazéification avec production potentielle d’électricité, de chaleur, d’hydrogène, de CO2 et de laine minérale. L’entreprise sera accompagnée pour la recherche et le développement (141 000 €) ;  ce projet pourrait générer la création d’une centaine d’emplois.

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About lrakotoalandraibe

  • Email