jeudi 29 octobre 2020
28 mai 2020

Bourgogne-Franche-Comté: vélo électrique, la Région roule en tête

Bourgogne-Franche-Comté, région, véloMonté en puissance depuis plusieurs années, le vélo à assistance électrique (VAE) connait un engouement sans précédent avec le déconfinement. Bonne nouvelle : nos entreprises de Bourgogne-Franche-Comté sont bien placées sur ce marché en forte croissance et à l’émulation technologique permanente.

On pense bien sûr aux cycles Lapierre qui fabriquent des vélos depuis 64 ans à Dijon et ont su se diversifier. Deux nouveaux acteurs au profil bien différent ont également rejoint le peloton : une start-up du Doubs et un groupe international d’électroménager implanté historiquement en Côte-d’Or.

 

Proxy-Cycle veut passer à la vitesse supérieure

L’engouement post-confinement des consommateurs pour l’achat de vélos électriques, les salariés des boutiques Proxy-Cycle à Besançon, Pontarlier et Dijon peuvent en témoigner. Depuis la réouverture des magasins le 11 mai, les clients affluent en nombre. « Les gens entendent beaucoup parler de vélo en ce moment parce que c’est un mode de déplacement qui permet à la fois la distanciation sociale et l’activité physique. Après deux mois de moindre consommation et avec la perspective de vacances pas trop loin de chez eux, certains ménages ont un budget disponible. Enfin, les consommateurs anticipent aussi une potentielle pénurie de vélos » analyse Edouard Lapoire, directeur général de R&R Manufacturing.

Implantée à Thise, dans le Grand Besançon, cette start-up créée en 2017 (8 salariés) conçoit et commercialise les vélos vendus sous la marque Proxy-Cycle. Des deux-roues robustes pour se balader ou aller au travail, évolutifs au rythme des avancées technologiques du secteur. Et dont les moteurs sont gérés par la marque elle-même. Pour fabriquer des bicyclettes accessibles au grand public – vendues entre 1 690 et 3 290 € –  l’entreprise doit s’approvisionner en Asie et sous-traiter l’assemblage en Europe. Elle fournit également des flottes d’entreprise et des services aux collectivités, comme à Besançon avec les Ginko vélos gérés par Keolis.

Les dirigeants (Rémy Gachod et Edouard Lapoire), qui songent depuis plusieurs mois à changer d’échelle,  aimeraient que ce contexte favorable au VAE accélère les projets de R&R Manufacturing. « Nous sommes à la recherche d’un lieu et d’investisseurs pour installer une usine de plus grosse ampleur. L’idée, ce serait de rejoindre d’autres structures pour créer un cluster de la mobilité et raccourcir les chaînes logistiques, précise Edouard Lapoire. Notre but ultime serait de rapatrier localement un maximum d’activités et de créer des emplois, ici, en Bourgogne-Franche-Comté. »

Si  Proxy-Cycle vend aujourd’hui entre 1 200 et 1 800 VAE par an, la marque souhaite atteindre rapidement un rythme de 4 à 5 000 vélos, voire 10 000 à 5 ans.

SEB se lance dans la course en fabricant des vélos intelligents

Léger, sûr et difficile à voler : Angell, un vélo électrique intelligent de nouvelle génération a été imaginé en 2018 par le chef d’entreprise Marc Simoncini afin de faciliter le quotidien des cyclistes urbains.  Pour concrétiser son projet et le faire passer à l’échelle industrielle, le fondateur du site de rencontres Meetic s’est tourné vers un partenaire de poids, le groupe SEB, référence mondiale du petit électroménager aux  34 000 salariés répartis dans 63 pays.

Et, cocorico, c’est l’usine d’Is-sur-Tille (21) qui a été choisie afin de produire ces vélos innovants ! Le site emploie aujourd’hui 200 personnes pour fabriquer, notamment, le best-seller de la marque, la friteuse actifry« À Is-sur-Tille, nous avons un bureau d’études qui a l’habitude de gérer des produits technologiques complexes, explique Sandrine Vannet, directrice générale de la SAS SEB qui regroupe les usines de Selongey (21, siège historique du groupe*), Is-sur-Tille et Lourdes. Nous prenons en charge toute la dimension industrielle du produit : l’achat des composants, la logistique, le contrôle qualité et bien sûr l’assemblage. Une partie de l’usine a été reconfigurée pour installer les îlots de montage des vélos ».  Au démarrage de la production en série, prévu en juillet, une vingtaine de salariés seront redéployés sur cette production.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email