lundi 26 juillet 2021
23 juin 2021

Nouvelle-Aquitaine: Beyond the sea, des kites pour une navigation zéro carbone

En Nouvelle-Aquitaine, à La-Teste-de-Buch (Gironde), la société d’Yves Parlier, Beyond the Sea, spécialisée dans la traction de bateaux par kite (cerfs-volants) lance un projet collaboratif pour développer et tester de nombreuses technologies. L’objectif est de parvenir à une navigation entièrement décarbonée.

nomade des mers, bateau-laboratoire, Région, BretagneLe célèbre navigateur Yves Parlier a toujours eu comme passion l’horizon marin mais aussi l’entreprenariat et la protection de l’environnement. Alors dès l’arrêt de la compétition en 2007, il se lance dans la création du projet Beyond the Sea dont il créé l’entreprise en 2014. Installé aujourd’hui dans ses locaux de La-Teste-de-Buch sur le bassin d’Arcachon, il se remémore : “J’ai commencé ma carrière comme navigateur mais j’avais une société avec laquelle je gérais mes bateaux de course. Avec Aquitaine innovations mon 5e bateau , j’ai réalisé le premier tour du monde sans énergie fossile en 1996-97.”  Une étape importante pour sa future société car il avait installé sur son bateau un petit cerf-volant ou kite de signalisation. Il s’intéresse alors à ajouter ce kite sur les bateaux de course pour augmenter la voile sans augmenter le couple de chavirement.

Rentrer au port avec un kite

“Quand j’ai réalisé mon dernier Vendée Globe, j’ai démâté. Là, je me suis dit que c’était idiot de ne pas avoir de kite car cela aurait pu ramener le bateau au port”. La société Beyond the Sea travaille alors dès sa création à l’utilisation de cette voile supplémentaire.
Nommé LibertyKite ce kite faisant jusqu’à 40 mètres carrés de superficie est commercialisé depuis 3 ans. Et pour la dernière édition du Vendée Globe 2020-21, l’ancien compétiteur se réjouit d’avoir été sollicité par les équipes de 12 navigateurs pour pallier tout démâtage.

Vers une navigation décarbonée

“Les bateaux sont des pollueurs importants et de gros consommateurs d’énergies fossiles. Ils émettent notamment beaucoup de CO2, de particules fines, de NOx et de SOx.  Avec le vent, on s’est aperçu que les voiles classiques n’étaient pas rentables, on a alors creusé la possibilité d’utiliser le kite et on a compris que c’était la solution d’avenir” explique Yves Parlier. Le kite a de nombreux avantages. Tout d’abord le faible encombrement sur le bateau et des performances impressionnantes. “Quand il y a 10 nœuds de vent sur le bateau, il va voler en huit à 60 nœuds. La force aérodynamique étant avec le carré de la vitesse, cela lui permet alors théoriquement de tirer 36 fois plus que s’il était sur le bateau, sans compter que le vent est plus fort en altitude”.

Quand on sait que d’ici 2030, les bateaux devront émettre 40% moins de GES à la tonne par kilomètre transporté, l’innovation de Beyond The Sea a le vent en poupe.

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email