jeudi 26 novembre 2020
6 novembre 2020

Installation du Comité emploi formation État-régions

comité, emploi, formation, Etat, Régions, FrancePour renforcer l’action conjointe de l’État et des conseils régionaux en faveur de l’emploi et la formation, et pour accompagner la territorialisation du déploiement des dispositifs de France Relance –notamment du plan 1 jeune 1 solution– Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, et Renaud Muselier, Président de Régions de France, ont installé vendredi 6 novembre 2020 le Comité emploi formation État-régions en présence des présidents et vice-présidents des conseils régionaux.

La création de cette instance opérationnelle de pilotage et de dialogue figure dans l’accord de partenariat État-régions signé par le Premier ministre et le Président de Régions de France à l’Hôtel de Matignon le 28 septembre dernier.  Ce comité correspond à une volonté de coordination renforcée des actions de l’État et des conseils régionaux en cette période de déploiement d’outils exceptionnels de relance financés par l’État, et d’engagements forts pris par les Régions.

L’État consacre 15,6 milliards d’euros au volet Emploi et Compétences de France Relance. Cela se traduit notamment par 700 millions d’euros supplémentaires dans les Pactes Régionaux pour 100 000 parcours de formations qualifiantes ou préqualifiantes dans le cadre du Plan 1 jeune 1 solution. Les Régions déploient par ailleurs des plans de relance régionaux pour répondre aux besoins de leurs territoires.

Ces moyens supplémentaires s’ajoutent aux 1,8 milliards d’euros de l’État dans les Pactes régionaux et aux importants investissements « socle » des Régions en matière de formation au titre de leurs compétences (de l’ordre de 1,6 milliards d’euros par an).

À l’occasion de cette installation, Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a souligné que « l’état d’urgence sanitaire, l’institution d’un couvre-feu puis d’un deuxième confinement, renforcent plus que jamais la nécessité d’un dialogue étroit entre l’État et les Régions pour maintenir nos efforts conjoints et préparer ensemble les conditions de la relance ».

En effet, comme le Premier ministre l’a rappelé à l’ensemble des associations de collectivités réunies le 20 octobre au sein de la rencontre État-collectivités, la situation sanitaire ne remet pas en cause les dispositifs du plan de relance et, au contraire, en montre de nouveau toute la pertinence.

Face à la crise, mobiliser les moyens au plus près du terrain

Lors de cette réunion, il a été affirmé la nécessité d’une mise en œuvre territorialisée de l’ensemble du volet « emploi-formation » du plan de relance associant l’ensemble des parties prenantes (partenaires sociaux, service public de l’emploi, etc.) autour d’un copilotage État / Région. Face à la crise, l’ensemble des importants moyens mobilisés pour l’emploi et la formation doit être mobilisé au plus près du terrain pour répondre au mieux aux besoins en compétences des territoires, des entreprises et des actifs et préparer ainsi le rebond de l’économie française.

Renaud Muselier a ainsi souligné : « Dans la situation de notre pays, après la crise sanitaire et la crise économique, il est impératif de s’attaquer ensemble à la crise sociale en renforçant les coordinations entre les actions de l’État et des Régions en matière d’emploi, de formation et de développement des compétences. »

Dans cet esprit, le premier comité emploi formation État-régions a permis de faire le point sur la mise en œuvre des actions communes dans le cadre de la relance, qui se traduira notamment dans les prochaines semaines par la signature d’avenants aux Pactes régionaux d’investissement dans la formation.

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email