lundi 24 juillet 2017
29 juillet 2015

Les Régions et l’Etat unis contre le décrochage scolaire

20150729-41-najatvb-web-720x480-579x386

Au nom de l’ensemble des Régions, François Bonneau a signé le 29 juillet 2015 la convention de lutte contre le décrochage scolaire entre l’Etat et l’ARF avec les ministres Najat Vallaud-Belkacem (Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche) et François Rebsamen (Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social).

Pas de pause estivale dans la lutte contre le décrochage, qui touche chaque année 140.000 jeunes sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification. Dans le cadre du plan national, « tous mobilisés pour vaincre le décrochage » présenté le 21 novembre 2014, l’Etat et les Régions ont décidé d’agir de concert pour prévenir le décrochage et faciliter le retour à l’école ou à l’emploi des jeunes ayant déjà décroché. L’ambition: diviser par deux le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif d’ici 2017.

Les jeunes « raccrocheurs » venus témoigner lors de la signature au ministère de l’Education nationale ont montré que ce chemin était possible, avec la volonté de s’en sortir et un accompagnement adapté. « Je passe le bac l’an prochain, j’espère que tout se passera bien », espère l’un d’eux, élève au CFA Stephenson à Paris. « Le micro-lycée, on m’a dit au départ que ce n’était pas pour moi », confie une jeune fille, qui s’en sort aujourd’hui très bien.

Les Régions, très engagées dans la lutte contre le décrochage, ont un rôle déterminant à jouer. Depuis le 1er janvier, elles pilotent les services publics régionaux de l’orientation (SPRO) qui coordonnent les centaines d’organismes disséminés sur tout le territoire.

« Nous n’inventons rien. Des choses se font dans les territoires depuis de nombreuses années, qu’il convient de porter à un niveau supérieur », a expliqué François Bonneau.

Pour le Président de la Région Centre-Val de Loire et de la Commission Education de l’ARF, « l’excellence, c’est un droit pour tous. Souvent, on peut éviter le décrochage si on assouplit les formes d’accueil dans l’éducation. Il faut reconnaître les parcours non rectilignes. »

Du cousu main pour chaque jeune

Saluant un « partenariat inédit » avec les Régions, Najat Vallaud-Belkacem a remercié l’ARF de son engagement. « Mener des actions résolues contre le décrochage, ça marche! », a estimé la ministre de l’Education nationale, pour qui il faut « du cousu main » pour une réponse adaptée à chaque jeune. « On ne va pas proposer la même réponse partout sur le territoire », a-t-elle expliqué.

La convention Etat-Régions vise à renforcer les Plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD), qui permettent de coordonner l’ensemble des acteurs locaux impliqués dans la recherche de solutions personnalisées pour les jeunes de plus de 16 ans ayant quitté le système de formation initiale sans diplôme.

Elle prévoit que les autorités compétentes au plan régional s’accorderont sur :

la définition de la future carte des plates-formes pour leur territoire;
la désignation des responsables des plates-formes;
un objectif quantitatif et qualitatif en termes de prise en charge et de solutions apportées aux jeunes;
les ressources dédiées au fonctionnement des PSAD, en cohérence avec les fonds européens qui pourraient être mobilisés;
un dispositif de suivi et d’évaluation commun;
des modalités de pilotage et d’articulation avec les acteurs concernés.
La Région devra coordonner les actions de prise en charge des jeunes à travers un travail en commun renforcé entre État et collectivités ainsi qu’entre tous les acteurs concernés du territoire, en particulier ceux de l’Éducation nationale et de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. Le protocole sera décliné par des conventions régionales à signer dès la prochaine rentrée entre les Conseils régionaux et les rectorats.

Partager cet article :

About joséphine Lepicard

  • Email