mercredi 20 septembre 2017
13 octobre 2016

Numérique au lycée : vers une feuille de route partagée Régions-Education nationale

 

rmp37305_grimault-emmanuelLors du Congrès 2016 des Régions à Reims, l’atelier “le numérique ferment de réussite éducative” a réuni Pierre Dubuc, co-fondateur d’OpenClassrooms, Mathieu Jeandron, directeur du numérique pour l’Education au Ministère de l’Education nationale, Agnès Jung-Arescaldino, professeure d’histoire-géographie au lycée Libergier de Reims et Cécile Appert, responsable du département Education d’Orange Business Service.

La diversité des origines professionnelles des intervenants témoignait bien de la grande variété des thématiques que recouvrent les termes de « numérique » et « d’éducation », ou de « lycée ». C’est bien ce qui est ressorti de leurs échanges, animés par Serge Pouts-Lajus, directeur associé du cabinet Education & Territoire. Ils ont fait émerger plusieurs séries d’enseignements, d’interrogations et de propositions.

« Numérique au lycée : le moment est venu d’écrire ensemble, Régions et Education nationale, la feuille de route partagée »

Mathieu JEANDRON, directeur du numérique pour l’Education-Ministère de l’Education nationale

 

Le cadre général

C’est à une transformation de la société toute entière par le numérique que nous assistons, tous les métiers et activités sont concernés et, naturellement, l’Ecole en fait partie. Cela englobe aussi bien les programmes que la pédagogie, mais aussi l’administration et la gestion du système, ou l’organisation du ministère de l’Education nationale. Le numérique peut être un modèle de transformation, ferment d’innovation et de décloisonnement.

Le lycée, dans toutes ses dimensions, n’est pas laissé de côté. Tout ce mouvement se fait dans un vaste partenariat entre l’Etat et les collectivités.

Apports, enjeux du numérique au lycée

  • les pratiques en classe : si l’habitude d’utiliser des outils numériques est désormais intégrée par les enseignants, le numérique n’est qu’une modalité, il ne porte pas en lui la garantie d’une pédagogie innovante. Son usage peut être une prise de risque pour l’enseignant si les conditions du bon fonctionnement matériel ne sont pas réunies (débit, réseaux, maintenance).
  • manuels scolaires, ressources numériques : les enseignants revendiquent à la fois le besoin de disposer de ressources numériques et l’usage des manuels papier. L’équilibre, y compris dans les engagements financiers des régions, est à trouver.
  • le numérique crée du lien : les environnements numériques de travail (ENT) mettent en relation les enseignants, les élèves et les familles, ils sont porteurs de projets de transformation des pratiques.
  • équipements des lycées et usage des smartphones des élèves : le taux d’équipement individuel des lycéens est tel que la question d’autoriser / encourager leur usage (BYOD : bring your own device / apportez votre propre matériel) au lycée est posée.
  • fracture numérique : la diffusion quasi universelle d’outils personnels performants déplace la fracture numérique sur le champ des usages qui en sont faits.
  • employabilité: le développement des MOOC (cours ouverts en ligne) favorise l’employabilité, notamment en formation continue, mais la formation en ligne présente aussi de grands avantages en formation initiale, y compris pour les écoles.

Perspectives

L’intégration définitive et réussie du numérique dans les politiques éducatives suppose donc de faire des choix, en privilégiant ce qui marche, de proposer aussi des expérimentations. Les choix à opérer pourront s’appuyer sur les enseignements du plan collège numérique en cours.

Une attention particulière devra être portée à la levée des obstacles techniques.

Le moment est venu, pour les Régions et l’Education nationale, de fixer la feuille de route partagée et les priorités.

 

Lire la Lettre des Régions de l’été 2016 “le numérique au service de la réussite éducative”

 

 

 

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email