lundi 23 septembre 2019
11 janvier 2019

Auvergne-Rhône-Alpes: un plan régional pour les pollinisateurs

Auvergne Rhône Alpes est la 1ère Région en termes de nombre d’apiculteurs (8025 recensés dont 300 professionnels, gérant 180 000 ruches et représentant 22% des apiculteurs français). Cette activité est frappée de plein fouet par une surmortalité des colonies d’abeilles domestiques. Outre la filière apicole, la surmortalité des abeilles et plus largement des insectes pollinisateurs, menace fortement la biodiversité sous toutes ses formes. Elle impacte aussi directement les autres productions agricoles végétales. Rappelons que 80% des espèces végétales cultivées en Europe et 80% des espèces sauvages nécessitent l’intervention des insectes pollinisateurs pour leur reproduction. Ce phénomène est largement médiatisé et il existe une forte demande sociétale de prise en compte de ces enjeux dans les politiques publiques.

Face à ce constat, la Région a voté la mise en œuvre d’un plan triennal en faveur des pollinisateurs, sous-titré « la biodiversité au service de l’alimentation humaine et de l’économie des territoires ».

Les objectifs du développement durable concernés

  • 2 Faim zéro
  • 15 Vie terrestre
  • 17 Partenariats pour la réalisation des objectifs

Quels buts?

Les objectifs de la Région via ce plan sont multiples :

  • le volet biodiversité du plan vise à lutter contre les stress biologiques ou sanitaires impactant tous les pollinisateurs; préserver les habitats naturels des pollinisateurs et restaurer les milieux favorables à leur maintien ; sensibiliser les publics aux services rendus par les polinisateurs et aux actions à mettre en place pour les préserver ;
  • le volet apiculture traite de la structuration de la filière et de la production, ainsi que de la bonne prise en compte de l’environnement de l’abeille domestique. Les objectifs sont d’augmenter les compétences techniques des apiculteurs professionnels pour surmonter les aléas climatiques, sanitaires et économiques ; maintenir un cheptel régional en capacité de produire et de répondre à la demande croissante des consommateurs ; encourager le renouvellement des générations d’apiculteurs professionnels et promouvoir les métiers de l’apiculture ; faire prendre en compte aux autres productions agricoles ou activités économiques l’importance de la pollinisation ; promouvoir le miel de la région.

Quelles actions ?

Le Plan prévoit, concernant le volet biodiversité :

  • un appel à projets « innovations en faveurs des pollinisateurs », visant au repérage et développement de projets pépites sur le territoire régional, permettant de répondre aux grands enjeux du plan, qu’ils soient portés par des associations, start-up, entreprises ou apiculteurs ;
  • un panel d’actions visant à favoriser la connaissance de l’enjeu « pollinisateurs » par tous les acteurs régionaux ainsi que sa prise en compte dans les politiques régionales. Sont prévus : un événement annuel rassemblant un public averti et diversifié (chercheurs/aménageurs/naturalistes/chasseurs) partageant des intérêts convergents (ex : amélioration des habitats favorables aux pollinisateurs) ; la mise en place d’un «bonus pollinisateurs» pour les établissements d’enseignement pour accompagner des démarches intégrées ; l’engagement de la Région à intégrer l’enjeu pollinisateurs dans ses politiques « Parcs naturels régionaux» et « Contrats Vert et Bleu » en particulier;
  • un accompagnement des apiculteurs de loisirs, via un soutien à la mise en place de miellerie collectives et du petit investissement de production.

 Le volet apiculture professionnelle vise à :

  • améliorer et renforcer la compétitivité des exploitations apicoles professionnelles par des aides aux investissements individuels pour la production des produits de la ruche, la transformation et la commercialisation directe;
  • favoriser l’accès des apiculteurs professionnels aux nouvelles technologies pour une meilleure gestion de la production et permettre le suivi des ruchers à distance (systèmes « antivol », balances connectées… );
  • soutenir la pratique professionnelle et la stratégie d’entreprise (formations  individuelles ou collectives ; création de relation « gagnant-gagnant » avec les autres productions, accès à une génétique locale et « sécurisée »;
  • favoriser le renouvellement des générations en permettant des installations pérennes, via un soutien aux structures professionnelles, porteuses d’actions transversales.

Quel budget?

Le volet biodiversité est doté d’un budget spécifique de 1.5 M€ sur 3 ans. Le budget du volet apiculture s’élève à 2.7 M€ sur 3 ans.

Quelle innovation?

  • La transversalité du plan qui intègre des enjeux de biodiversité et agricoles, permettant ainsi de dépasser l’enjeu «abeille» pour aller vers un enjeu plus global de «sauvegarde du vivant» ;
  • La gouvernance, avec la mise en place d’un comité de pilotage du plan pollinisateurs rassemblant des acteurs venus d’horizons extrêmement différents et parfois opposés dans les discours (naturalistes / chasseurs / aménageurs / collectivités) mais qui partagent des enjeux convergents, avec un pari fort sur la possibilité de fédérer autour de l’enjeu pollinisateur;
  • Le souhait de mobiliser des innovations technologiques, sociétales, organisationnelles, dans le cadre d’un appel à projet ouvert ;
  • L’intégration de l’enjeu au cœur des politiques portées par la Région (Lycées, PnR, Contrats vert et Bleu, Apiculture).

Quels résultats ?

Sensibilisation large à l’enjeu pollinisateurs, prise en compte de cet enjeu dans les politiques publiques d’aménagement, dans les projets locaux, synergies de partenaires, amélioration de la biodiversité, restauration des habitats de pollinisateurs, impacts économiques locaux liés à l’amélioration sur la filière apicole, etc ….

 

 

Contact:

https://www.auvergnerhonealpes.fr/actualite/407/2-l-assemblee-pleniere-sous-le-signe-de-l-environnement.htm

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email