dimanche 25 août 2019
2 avril 2019

Bretagne: un tout nouveau plan cinéma

Ce vendredi 29 mars, les acteurs de l’audiovisuel Breton ont eu l’occasion de découvrir les nouvelles modalités de soutien de la Région. Ce « plan cinéma », davantage adapté à leurs attentes et doté de moyens plus conséquents (24 M€ sur 3 ans), sera opérationnel cet été.

Terre d’accueil de tournages (389 jours en 2018), la Bretagne s’appuie sur une filière cinéma active, diverse et structurée, organisée autour d’une trentaine de sociétés de production. Longs et courts-métrages, fictions, documentaires ou films d’animation en stop motion : les nombreuses récompenses décrochées chaque année dans les festivals témoignent de sa vitalité et d’une singularité qui la distingue des autres territoires.

Cependant, lenvironnement économique et technologique du secteur et très concurrentiel et concentré sur Paris (95% de la production), il impose donc aux professionnels bretons de nombreuses contraintes. C’est pourquoi la Région, qui soutient en moyenne 110 projets par an (3 M€), a décidé de concerter les acteurs de la filière pour remettre à plat sa stratégie et la renforcer et en l’adaptant aux besoins d’un marché en perpétuelle évolution.

Des aides renforcées d’ici 2021

La nouvelle feuille de route prévoit une refonte en profondeur des modalités d’intervention de la Région, afin de répondre aux enjeux de croissance du secteur. Elle sera opérationnelle dès cet été.

1 – Un fonds d’aide à la création revisité avec un budget plus conséquent (de 3 M€ à 4,4 M€/an en 2021) la volonté régionale est de le rendre plus lisible et attractif, d’assouplir les critères de sélection tout en veillant toujours à la qualité des projets, à leur impact économique et à leur lien avec le territoire.

2 – Une dimension européenne proactive : la Région veut compter dans le paysage audiovisuel et se donner les moyens d’aller prospecter des projets en France et à l’international qui puissent être profitables à la filière bretonne.

3 – Un programme d’aides économiques(600 000 € sur 3 ans)pour les entreprises en phase de croissance : filière économique à part entière, le cinéma et ses sociétés de production, PME ou TPE, pourront accéder, à différents stades de leur développement, aux aides régionales déjà existantes : structuration, innovation, partenariats, nouveaux marchés…

4 – Un plan de formation dédié à la filière : l’enjeu est de gagner en compétences, de consolider les métiers, les savoir-faire, de professionnaliser les acteurs, d’intégrer les mutations les jeunes générations…  Sur ce point, la Région veut innover et sait pouvoir s’appuyer sur des structures comme Ty Films et Groupe Ouest autour, par exemple, des nouvelles écritures.

En 2018, le cinéma en Bretagne, c’est comment ?

  • 389 jours de tournage pour 234 films accompagnés par le bureau régional « Accueil des tournages », ouvert depuis 2005
  • 2 000 emplois estimés dans le secteur et une trentaine de sociétés de production actives
  • 112 projets aidés via le FACCA (de 3 000 € à 200 000 € de subventions), sur 345 demandes
  • 119 cinémas (298 écrans) dont 103 classés Art & Essai avec une fréquentation supérieure à la moyenne nationale
  • Une association, Films en Bretagne, réunit les professionnels : réalisateurs, producteurs, techniciens, comédiens…
  • Budget à la filière cinéma & audiovisuel : de 6,7 M€ en 2018 à 8,6 M€ en 2021

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email