mardi 12 novembre 2019
8 juillet 2019

Grand Est: 500 millions d’euros pour renouveler le matériel ferroviaire

Priorité de la Région Grand Est, les transports et les mobilités font l’objet d’une attention particulière pour apporter le meilleur du transport sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains. Lors de la Commission permanente du 5 juillet 2019, les élus ont approuvé l’acquisition de 30 rames Coradia Polyvalent bimode d’Alstom pour quadrupler l’offre de transport sur les 7 lignes transfrontalières vers l’Allemagne, ainsi que 9 rames périurbaines et régionales pour augmenter la desserte ferroviaire. Ces deux opérations représentent un investissement de près de 500 millions d’euros.

 

 

30  nouvelles rames pour le plus vaste projet de transport régional transfrontalier

En prévision de l’ouverture à la concurrence, la Région a décidé d’acquérir 30 rames automotrices Coradia Polyvalent d’Alstom pour dynamiser 7 lignes transfrontalières couvrant plus de 200 km de frontières : la Région Grand Est et les Länder de Sarre, Rhénanie-Palatinat et Bade-Wurtemberg souhaitent ainsi proposer des services ferroviaires transfrontaliers fréquents et réguliers sur l’ensemble des liaisons France – Allemagne dès décembre 2024.

9 nouvelles rames Régiolis pour 2022

Pour répondre à la forte croissance du trafic sur les lignes autour des métropoles, la Région a également décidé d’acquérir 9 nouvelles rames Régiolis (5 rames à capacité moyenne et 4 à grande capacité) pour un montant de plus de 102 millions d’euros, dont les premières livraisons sont prévues en 2022.
Ces commandes contribuent à pérenniser l’emploi en région : le Régiolis est en effet entièrement fabriqué sur les sites français d’Alstom Transport, notamment à Reichshoffen (67), une plateforme employant directement plus de 800 personnes pour l’ingénierie et l’assemblage des trains, avec plus de 3000 emplois indirects.

Financement de 5 rames pour expérimenter des trains à l’hydrogène

Face aux enjeux environnementaux, la Région a par ailleurs confirmé son intention de participer au projet national d’expérimentation de train fonctionnant à l’hydrogène, à travers l’acquisition de 5 rames. Elle a ainsi répondu favorablement, à l’instar d’autres Régions, au plan de développement, souhaité par le Gouvernement, d’un train fonctionnant à l’hydrogène à l’horizon 2022. Cette première expérimentation s’inscrit dans les objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, visant à réduire de 30% la consommation des énergies fossiles et de 40% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email