dimanche 21 avril 2019
22 mars 2019

La Réunion: la Région passe en mode rail

La Réunion, région, transport, mobilité, RunrailA La Réunion, le projet RunRail entre aujourd’hui dans une phase opérationnelle. Depuis décembre 2018, un groupement d’études a été désigné pour mettre en œuvre ce projet majeur qui va transformer le territoire et impacter positivement l’ensemble de l’île. Parce que le projet est attendu et qu’il répond à un véritable besoin du territoire, la Région Réunion souhaite construire ce projet d’envergure avec l’ensemble des Réunionnais. C’est pourquoi de manière volontariste, la Région a saisi la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) afin de lancer une concertation exemplaire sur le 1er tronçon entre Bertin et Duparc (Saint- Denis/Sainte- Marie).

Porteuse d’une vision globale et stratégique des déplacements à l’échelle de La Réunion, la Région définit le Schéma Régional des Infrastructures de Transports (SRIT) et la Planification Régionale de l’intermodalité (PRI). Depuis le 1er janvier 2017 et l’application de la loi NOTRe [Nouvelle Organisation Territoriale de la République], la Région dispose de la compétence exclusive du transport interurbain et de la complémentarité entre les modes de déplacements. Elle gère ainsi le réseau CAR JAUNE et ses interconnexions.

La Région œuvre pour la promotion des mobilités durables en promouvant les nouvelles façons de se déplacer et la combinaison des différents modes de déplacement (covoiturage, modes-doux, TC..).

Le premier tronçon du réseau régional de transport guidé

Dans une logique d’aménagement du territoire et de promotion des mobilités durables, la Région a lancé les études pour la réalisation du Réseau Régional de Transport Guidé (RRTG) inscrit dans le Schéma Aménagement Régional (SAR) depuis 2011.

Sur 150 km entre Saint-Joseph et Saint-Benoit en passant par Saint-Denis et le littoral Ouest, le RRTG offrira aux usagers un service de transport en commun performant, fiable et moderne. Le RRTG, dont le tracé a été validé en 2016 après 4 ans d’étude en concertation avec l’ensemble des collectivités de La Réunion, améliora la qualité de vie de tous les Réunionnais tout en préservant l’environnement.

Sur l’ensemble du linéaire cette infrastructure prendra différentes formes pour s’adapter au territoire (contraintes géographiques, densité de population, viabilité financière…). Ainsi, sur certaines portions, il pourra prendre la forme d’un bus en site propre ou d’un mode guidé express. Il garantira une vitesse commerciale élevée pour être attractif par rapport à la voiture individuelle. Ce projet global et progressif dans le temps, constitue la colonne vertébrale des transports en commun réunionnais. Le RRTG relie les principaux pôles urbains de l’île en se connectant aux pôles d’échanges et aux réseaux urbains desservant le cœur des villes. Pour répondre aux forts enjeux de congestion et de développement socio-économique du secteur, le RunRail entre Bertin et Duparc est le 1er maillon de ce réseau. Il s’insère en complémentarité d’un autre grand projet d’envergure, celui de la Nouvelle Route du Littoral.

La concertation, une volonté régionale forte au-delà des obligations réglementaires

La Région souhaite associer massivement la population à ce projet majeur qui va améliorer le quotidien de nombreux Réunionnais. C’est pourquoi, alors que les études techniques sont encore en cours, la Région sollicite dès à présent l’avis de la population en lançant une concertation de grande ampleur. Dans une logique de transparence, la Région a décidé de saisir tout naturellement la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) pour définir les modalités de la concertation et solliciter la désignation d’un garant indépendant. Cette démarche facultative, au-delà de toute obligation réglementaire, illustre l’ambition de la Région en matière de transparence et de concertation citoyenne.

La Région adhère à la charte de la participation du public

Le 26 février dernier la Région a adhéré à la Charte de la participation du public qui définit les principales obligations et le cadre de la concertation :

➜ chaque étape du processus participatif donne lieu à un bilan du porteur de projet, qui explicite, en la motivant, la manière dont il a pris en compte ou non les contributions du public dans son choix final,

➜ chaque participant se doit d’agir dans un esprit d’écoute, de bienveillance, de respect, d’ouverture, de sincérité, de loyauté,

➜ les divergences de points de vue sont respectées comme un élément susceptible d’améliorer la qualité du projet,

➜ avoir un débat de qualité suppose que ses participants s’approprient le sujet, argumentent leurs positions, prennent en compte l’intérêt collectif du projet, et aient une attitude constructive dans la façon de le discuter,

➜ ouvrir sur un large public,

➜ le porteur de projet considère sérieusement, et argumente s’il ne les retient pas, les propositions des participants. Cette décision démontre l’ambition régionale d’une concertation exemplaire alors qu’aucune obligation légale ne s’imposait.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *