lundi 11 décembre 2017
1 décembre 2017

La Réunion: économie circulaire, prévenir, réduire, mesurer

L’ambition de la Région Réunion est de faire de notre île, grâce à une véritable appropriation collective, un leader mondial dans le champ de l’économie écologique ou de la « bioéconomie » tropicale. Il s’agit d’assurer le développement de notre territoire, d’une part avec de nouveaux gisements d’activité et d’emplois, tout en préservant d’autre part, notre richesse naturelle.

Didier ROBERT
Président de la Région Réunion


La problématique des déchets est une problématique culturelle. Nous devons penser autrement notre société réunionnaise. Mettre en route cette économie circulaire, c’est réduire nos déchets, et ainsi préserver notre île. L’économie circulaire est un élément essentiel.
Il s’agira de réduire à la source. C’est penser une économie soucieuse de la préservation de notre environnement.

Nathalie NOËL-CADET
Conseillère Régionale déléguée à l’économie circulaire et déchets

La Région Réunion soutient toutes les dimensions de l’économie circulaire

L’économie circulaire invite à un changement dans le fonctionnement de nos sociétés.
De conception traditionnelle linéaire, avec comme débouchés des déchets et de la pollution, notre modèle se veut au contraire circulaire ; un modèle dans lequel les déchets deviennent des ressources valorisées par d’autres, avec des impacts amoindris sur l’environnement.

L’économie circulaire repose sur le lien social, le rapprochement des acteurs et les échanges d’informations, de savoirs et d’expériences. Ce modèle économique apporte 4 bénéfices « gagnant- gagnant » aussi bien pour les entreprises que pour les collectivités :
- des emplois & de l’attractivité
- du pouvoir d’achat & la réduction de coûts
- l’équilibre du territoire & la maîtrise des risques
- l’innovation & le développement

6 catégories d’initiatives qui traduisent l’économie circulaire :
1. l’éco-conception des produits et des services
2. la valorisation des déchets, c’est-à-dire l’utilisation des déchets à des fins utiles en substitution à d’autres substances, matières ou produits. Objectif : réduire la part des déchets ultimes de 30 à 12 % à l’horizon 2020 à travers la création d’unités de valorisation énergétiques (UVE)
3. le réemploi et la réutilisation des objets abandonnés
4. l’économie de fonctionnalité, c’est-à-dire mettre en avant l’usage d’un produit ou du service associé
5. l’économie du partage
6. l’écologie industrielle : faire en sorte que les entreprises réutilisent leurs résidus de production (vapeurs, eau, déchets…) entre elles ou avec les collectivités

Soutien aux associations locales

L’enveloppe globale engagée dans le domaine de la gestion des déchets et de l’économie circulaire par la Collectivité pour l’année 2017 s’élève à près de 300 000€.

Ce sont plus de 167 000€ qui permettent de financer 6 associations : Association des Citoyens Contre le Chick, Sud Actions, Vavang Art, Défi plastik, Institut d’Insertion par l’Innovation, Les Amis de l’Océan Indien.

Des actions concrètes

- la sensibilisation des publics et notamment des jeunes
- le soutien des entreprises et des acteurs (publics, privés et associatifs) oeuvrant dans le domaine de l’économie circulaire
- l’accompagnement des institutions et des organisations qui désirent intégrer une démarche d’économie circulaire au sein de leur fonctionnement
- des Appels à Manifestation d’Intérêt pour stimuler des projets innovants et des solutions durables.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *