lundi 11 décembre 2017
1 décembre 2017

Nouvelle-Aquitaine: le CFA de Cognac, tremplin vers l’excellence

Le centre de formation d’apprentis (CFA) a été réhabilité et agrandi avec le soutien financier de la Région. Plus de 200 apprentis y découvrent la tonnellerie, la vente ou encore la coiffure. Le CFA de Cognac s’est fixé pour objectif de former chaque année plus de 330 jeunes. L’inauguration avait lieu ce mercredi 29 novembre.

Près de 200 jeunes s’y forment actuellement, et ils pourraient rapidement être plus de 330. Après d’importants travaux d’extension et de réhabilitation, le nouveau centre de formation d’apprentis (CFA) de Cognac, en Charente, a été inauguré mercredi par Alain Rousset, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, en présence d’élus du territoire et de représentants institutionnels. Placé sous la direction de la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Charente (CMA 16), cet établissement propose des formations aux métiers des soins aux personnes et services, ou de la tonnellerie. Futurs coiffeurs et esthéticiennes, tonneliers et vendeurs y apprennent des savoir-faire exigeants dans le cadre de CAP et de brevets professionnels (BP). Des formations continues et des stages préparatoires à l’installation pour les artisans y sont également dispensés.

Un plateau technique “dernier cri”

Synonymes d’emplois, ces différentes voies d’excellence sont désormais enseignées avec un outil moderne et lumineux. Ce vaste chantier a nécessité un investissement de plus de 6,7 millions d’euros. Soucieuse de développer l’apprentissage, la Région Nouvelle-Aquitaine y a contribué à hauteur de 3,2 millions d’euros. Une même enveloppe a été versée par l’État. Les travaux ont permis le désamiantage d’anciens bâtiments et la construction de nouveaux locaux de 2200 m².
Près de 90% des entreprises retenues pour ce chantier sont issues de la Nouvelle-Aquitaine. Bois et matériaux bio sourcés ont été sélectionnés pour ce projet à l’écriture architecturale unique. Équipé de panneaux photovoltaïques, le CFA de Cognac affiche ainsi d’excellentes performances énergétiques. Ce campus des métiers a aussi été équipé d’outils novateurs pour rester en phase avec les besoins des entreprises. « Certains plateaux techniques n’existent même pas dans les entreprises », souligne Alain Rousset. Les jeunes coiffeurs – près de 70 élèves – s’exercent désormais sur un bac massant. « Nous n’avions pas ce matériel auparavant. Avec ces nouveaux locaux, nous pouvons viser l’excellence », souffle Karine Foucher, professeur de coiffure.

Un emploi dès la sortie

À deux pas, des élèves se forment à la problématique des troubles musculo-squelettiques sur des outils numériques et pédagogiques. Dans la salle voisine, une apprentie esthéticienne s’exerce, elle, en multipliant les soins du visage sur une autre élève. « Nous sommes bien équipés, sourit Mélodie Page. Nous avons même des tables de massage électriques, ça n’est pas courant. ». À 18 ans, la jeune femme alterne entre trois semaines en entreprise et une semaine au CFA cognaçais : « À l’école, on apprend des techniques que l’on met en pratique en entreprise ».
La tonnellerie affiche de son côté des résultats très encourageants. Une quinzaine d’apprentis s’y forme chaque année. L’immense majorité trouve un emploi dans la foulée. « Ce CFA répond à l’attente des jeunes et des équipes enseignantes », fait valoir le maire de Cognac et président de Grand-Cognac, Michel Gourinchas. Même satisfecit pour Geneviève Brangé, la présidente de la CMA de la Charente : « C’est le résultat de 20 ans de travail pour disposer d’un tel outil ». Alain Rousset milite, lui, pour le maintien des CFA au plus près des jeunes et des entreprises. « L’apprentissage est un élément d’attractivité des territoires, d’accompagnement des entreprises et un point d’ancrage pour les populations », conclut le président de la Région Nouvelle-Aquitaine.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *