lundi 13 juillet 2020
10 juin 2020

Nouvelle-Aquitaine: 350 élèves raccrochent avec l’école grâce au jeu vidéo

Nouvelle-Aquitaine, région, lycée, décrochage, Covid-19, jeunes, lycéens, jeux vidéo, gamersAprès une première année d’expérimentation inédite en France menée en Nouvelle-Aquitaine l’an dernier, 350 collégiens et lycéens de Nouvelle-Aquitaine ont participé entre octobre 2019 et juin 2020 à un programme pédagogique innovant, dont l’objectif est de réduire le décrochage scolaire par la création de jeux vidéo.

Alors que la crise sanitaire a imposé la fermeture des écoles dès le 16 mars, mettant encore plus à l’épreuve les élèves « décrocheurs ». Ce projet a révélé toute sa force en maintenant un lien étroit entre les élèves, les professeurs, les mentors de chez Ubisoft et les experts de l’association Fusion Jeunesse. 68 jeux vidéo ont été créés et seront présentés au grand public lors d’un festival cette année virtuel le mardi 16 juin prochain, de 10h30 à 12h30, intitulé « Lâche pas, persévère ».

Ce projet voulu par la Région Nouvelle-Aquitaine, convaincue de l’importance de raccrocher les décrocheurs, ce sont 50 professeurs de 13 établissements (détail des 13 établissements en page suivante) qui ont travaillé en étroite collaboration avec 20 mentors salariés d’Ubisoft et 3 experts de l’association franco-québécoise Fusion Jeunesse. Grâce à la mobilisation des élèves et des professionnels impliqués dans ce projet, le lien a été maintenu, tout comme la motivation, avant le confinement, pendant et depuis la réouverture progressive des établissements scolaires. L’expérience s’est révélée riche tant au niveau humain que pédagogique dans ce projet au bilan déjà très positif.

Un projet expérimenté au Québec

Pour rappel, Fusion Jeunesse a lancé des programmes d’apprentissage expérientiel, il y a 11 ans au Québec et en 2019 de façon inédite en France. L’objectif de ces programmes est de réduire le décrochage scolaire et de favoriser l’orientation et la mixité sociale. Un projet complet et stimulant, qui s’imbrique dans le programme initial de chaque classe pour développer des compétences tant humaines que professionnelles et disciplinaires.

Convaincue par les bilans positifs de ce programme co-créé en partenariat avec Ubisoft, la Région Nouvelle-Aquitaine a fait le pari de ce format pédagogique innovant en lançant un projet pilote convainquant en 2018-2019. 220 jeunes âgés de 12 à 17 ans ont réalisé 42 jeux vidéo qu’ils ont fièrement présenté à plus de 500 personnes lors du « Festival Éducation du Futur » en juin 2019 à Tonneins.

Forte de la réussite du pilote, la Région a intensifié son engagement afin d’étendre le programme tout au long de l’année scolaire 2019-2020 dans 13 établissements. Grâce à la collaboration avec le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, l’Académie de Bordeaux, ainsi qu’avec le département du Lot-et-Garonne et le Gouvernement du Québec, ce sont 350 élèves (lycéens, collégiens et écoliers) qui ont ainsi pu découvrir, chaque semaine, le monde des technologies et du design grâce à la conception de jeux vidéo.

Dans le cadre des responsabilités de la Région

« Convaincus que la société s’enrichit de la diversité de ses talents, avec son président Alain Rousset, nous nous attachons à réactiver l’ascenseur social en agissant sur les sources d’inégalités, qu’elles soient attachées au milieu social d’origine ou au lieu de résidence. Nous y travaillons dans le cadre des responsabilités de la Région en matière de lutte contre le décrochage ou encore, en matière d’information sur l’orientation, comme la loi le lui confie. » rappelle Jean-Louis Nembrini, vice-président du Conseil régional en charge de l’éducation et des lycées.

« La lutte contre le décrochage scolaire, tout comme l’orientation des jeunes, représentent des enjeux majeurs de cohésion sociale et d’équité du système éducatif. Au Québec, nous accompagnons 16 000 jeunes par semaine. Cette année, nous avons été ravis de renouveler l’expérience à plus grande échelle avec la région Nouvelle-Aquitaine et d’initier ce projet avec la région Île-de-France. La crise sanitaire que nous traversons nous a demandé de nous mobiliser davantage pour garder la motivation des jeunes et nous avons dû adapter nos pédagogies et modes de fonctionnement pour garder un lien avec les élèves afin qu’ils livrent leur projet à temps. Le résultat est incroyable ! » précise Gabriel Bran Lopez, Président-fondateur de Fusion Jeunesse.

Carole Ragagnin, enseignante et responsable M.L.D.S. (mission de lutte contre le décrochage scolaire) au sein d’un lycée marmandais, parle ouvertement de l’impact auprès des jeunes : « Si je m’engage dans ce projet avec les élèves, c’est que je pense qu’il peut les amener à travailler les compétences psychosociales et notamment avoir une pensée créative, être habile dans ses relations, savoir communiquer efficacement »

Plusieurs témoignages de jeunes abondent dans le même sens, soulignant le fait que ce projet les a stimulés tout au long des 10 dernières semaines si particulières. Un lycéen du programme M.L.D.S. au sein de l’Académie de Bordeaux confiait : « Le projet m’a motivé parce que nous avions beaucoup de temps libre pendant le confinement. »

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email