vendredi 15 novembre 2019
12 septembre 2019

Nouvelle-Aquitaine: Mesdames, entreprenez !

En Nouvelle-Aquitaine, trois entreprises sur dix sont créées par des femmes. Pour lever les freins et tendre vers la parité, la Région intensifie son soutien aux initiatives favorisant l’entrepreneuriat féminin.

Nouvelle-Aquitaine; Femmes, Entreprendre

 

« J’avais des idées de création d’entreprises mais on m’en a découragé. J’ai donc opté pour une reprise de société dont l’activité et la notoriété étaient établies », témoigne Annick Grenier, ancienne comptable dans l’aéronautique, qui a repris en 2013 la Chocolaterie d’Antan basée à La Rochefoucauld. « Je souhaitais créer ma propre famille professionnelle, mais je n’avais pas imaginé l’ampleur de la tâche, notamment les lourdeurs administratives et l’investissement en temps. Tous les matins, je pars guerroyer et c’est d’autant plus compliqué lorsqu’on est une femme pour faire face au machisme ou s’imposer, comme lorsque j’ai entrepris des travaux pour la rénovation de l’outil de production, dans des milieux très masculins », confie cette dirigeante, qui, en cinq ans, a œuvré pour améliorer les conditions de travail de cette entreprise artisanale et a réussi à doubler le nombre de salariés. De par ces nombreux freins et souvent un manque de confiance, trop peu de femmes, de fait, osent sauter le pas de l’entrepreneuriat. En Nouvelle-Aquitaine, seules 35 % des créations d’entreprises sont ainsi portées par des femmes. Ce taux, bien que supérieur à la moyenne nationale de 28 %, reste insuffisant pour la Région Nouvelle-Aquitaine, impliquée sur ce volet, non sans résultats, depuis de nombreuses années.

Un Plan d’action régional sur trois ans

Dès lors, elle a été la première Région en France à acter en juin 2018 un Plan d’action régional (PAR) pour l’entrepreneuriat des femmes à l’échelle de la nouvelle Région. Cosigné par la Région, l’État, BPI France, BNP Paribas et la Caisse d’Épargne, ce plan, d’une durée de trois ans, projette de porter à terme en Nouvelle-Aquitaine la part des femmes créatrices d’entreprises à 45 %. Une enveloppe de 850 000 €, dont la moitié abondée par la Région, est ainsi consacrée au soutien des initiatives en faveur de l’entrepreneuriat féminin, que ce soit pour de la création ou de la reprise d’entreprise ou pour de l’accompagnement post-création : accès à des financements, formation, communication… D’ores et déjà, en 2018, une trentaine d’actions ont été soutenues, portées par un réseau d’acteurs locaux associatifs ou de structures d’accompagnement telles que les chambres consulaires, Centres des droits des femmes, plateformes Initiatives…
Les uns œuvrant pour l’organisation d’un salon d’entreprises, des événementiels, du parrainage, les autres pour la mise en place d’incubateurs ou de formations, tous à destination d’un public féminin. Signe d’une dynamique collective, 90 structures se sont engagées dans l’entrepreneuriat des femmes. Dans le cadre de ce nouveau PAR, certains projets seront plus spécifiquement épaulés : ceux initiés sur les territoires fragiles en milieu rural ou dans des quartiers défavorisés, ceux offrant aux femmes des outils de pérennisation et, enfin, ceux facilitant les reprises d’entreprise ou la création dans des secteurs encore très masculins tels que le numérique. Pour la Région, l’enjeu est de taille tant pour l’émancipation des femmes que pour la dynamisation de notre économie territoriale.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email