vendredi 22 février 2019
23 janvier 2019

Nouvelle-Aquitaine: lycée Felletin, bâtisseur d’avenir

Avec l’aide de la Région, le Lycée des métiers et du bâtiment (LMB) Felletin (23) sera un des phares du développement de la formation pour le territoire limousin.

 

Campus des métiers et des qualifications

Il faut prendre un peu de recul pour se rendre compte de l’immensité du site. Le lycée occupe en effet une colline entière : bâtiments massifs en pierre étagés en terrasses, larges murs de soutènement, et même un château d’eau au sommet. Pour le centenaire de l’établissement, la mairie a construit un belvédère sur la colline d’en face pour permettre de l’apprécier dans son entier. En 2015, il a été labellisé campus des métiers et des qualifications en construction durable et éco-réhabilitation et reconnu patrimoine du XXe siècle.

Deux événements symboliques : « La force du LMB, c’est son histoire, sur laquelle il s’appuie, et sa transformation pour répondre aux enjeux actuels de la construction », résume Pierre-Philippe Tomi, le nouveau chef d’établissement.

Pour ces derniers, le LMB peut afficher sa nouvelle licence de génie civil BIM, première formation post-BTS de l’établissement. « Le BIM, pour “Building Information Modeling”, anticipe la révolution à venir dans le bâtiment », explique Pierre-Philippe Tomi. La licence, en partenariat avec le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) et le CFA (Centre de formation d’apprentis) de Limoges, forme des cadres techniques qui seront à même de numériser toute la conception d’un bâtiment. La modélisation 3D intègre les interventions de tous les corps de métiers dans un même document consultable par tous, aussi bien le phasage des travaux que le coût et l’avancement du chantier. La licence a fait le plein à la rentrée.

Un objectif prioritaire pour la Région

C’est aussi le cas des filières traditionnelles. « Depuis des années, elles ont toutes intégré les outils informatiques dans leur cursus », explique Julio Chinarro, professeur en taille de pierre, lui-même ancien élève du lycée et meilleur ouvrier de France. La taille de pierre fait partie de l’ADN du lycée, reconnu pour l’excellence de sa formation. « La quasi-totalité des élèves suit le cursus jusqu’au bout », se félicite le professeur. « Après six ans au lycée, ils ressortent avec un brevet des métiers d’art. Ces compétences sont rares. Les entreprises se les arrachent. »

Après des années de baisse d’effectif, le lycée affiche aujourd’hui près de 500 élèves venus de toute la France. Le proviseur veut voir dans cette embellie le signe de la dynamique favorable du campus des métiers. « Nous avons maintenant des arguments de poids pour dire que la voie professionnelle offre une multitude de parcours possibles. Avec le campus, on ne raisonne plus seulement à l’échelle d’un seul établissement, mais à l’échelle d’une offre de formation complémentaire sur tout un territoire. » Le campus rassemble, à l’échelle de l’ancien Limousin, l’offre de formation dans le domaine de l’éco-réhabilitation et de la construction durable, une offre variée qui va jusqu’à l’école d’ingénieurs.
Pour accompagner la dynamique, la Région, propriétaire de l’établissement, a prévu de son côté un plan de rénovation jusqu’en 2021. Après le gymnase et les travaux dans la résidence universitaire, l’été dernier, ce sont les internats et les ateliers qui devraient retrouver une nouvelle jeunesse.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email