jeudi 22 février 2018
31 janvier 2018

Île-de-France: les Franciliens ont réduit leurs déchets de 52 kg en 15 ans

Le poids des déchets ménagers en Île-de-France est en baisse constante, selon l’Ordif. Un constat encourageant alors que la Région va lancer son nouveau plan de prévention et de gestion des déchets avec pour objectif : « zéro déchet ».

L’Observatoire régional des déchets d’Île-de-France (Ordif) vient de dévoiler le bilan annuel sur les déchets ménagers et assimilés. Bonne nouvelle, les Franciliens produisent de moins en moins de déchets. Depuis 2000, la production de ceux-ci a en effet baissé de plus de 50 kg par habitant. Entre 2014 et 2015, elle a même atteint 10kg/habitant. La poubelle moyenne annuelle du Francilien contient notamment 0,5 kg de bio-déchets, 20 kg de verre, 35 kg d’emballages et papiers, et 289 kg d’ordures ménagères résiduelles. C’est en Seine-et-Marne que cette baisse des ordures ménagères résiduelles a été la plus marquée, avec -7 kg/habitant entre 2014 et 2015, ainsi que dans les Hauts‑de-Seine et le Val-d’Oise avec -6 kg/habitant.

Seul bémol soulevé par l’Observatoire francilien, si les déchets diminuent le recyclage stagne. Les déchets de produits recyclables ont augmenté depuis 2000 (+4 kg/habitant pour le verre, +16 kg/habitant pour les emballages et papiers), et stagnent depuis 2014 (respectivement +0,7% et +0,3%). Mais la Région île-de-France dispose d’un fort potentiel évalué à 2 millions de tonnes par an de recyclage supplémentaire.

Un nouveau plan régional de prévention et de gestion des déchets
1,5 Md€ : c’est ce que coûte chaque année le traitement des quelques 40 millions de tonnes de déchets en Île-de-France, soit 125€ par an et par habitant environ. L’exécutif régional s’est donc lancé le défi de réduire les déchets. En 2018, un nouveau Plan de prévention et de gestion va être élaboré afin de mieux coordonner et d’améliorer les performances des acteurs de la filière. Avec un objectif : « zéro déchet ». L’enjeu est de taille, que ce soit sur le plan environnemental – faire en sorte de tendre vers une consommation sobre et responsable des ressources naturelles – ou sur le plan économique – la  gestion des déchets emploie près de 24.000 personnes à ce jour en Île-de-France.

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email