mercredi 22 août 2018
11 décembre 2017

Normandie: les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics soutiennent la dynamique de l’apprentissage portée par la Région

À l’occasion d’une visite du CFA-BTP de Caen, les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics de Normandie ont pris une position commune sur la réforme de l’apprentissage en rappelant l’impérieuse nécessité d’un pilotage public régional de l’apprentissage en associant étroitement les branches professionnelles.

 

La réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage est l’occasion pour les employeurs du Bâtiment et des Travaux Publics de repenser le rôle de chacun des acteurs au bénéfice des entreprises, des jeunes et des territoires.

Avant toutes autres considérations, les propositions des Branches du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Région répondent à un objectif commun de simplification des procédures et des dispositifs. À l’ensemble des acteurs, Région et Branches, de réussir un partenariat fort qui pourra s’appuyer sur :

  • Les acquis du Plan régional de développement de l’apprentissage engagé en 2016 qui a démontré la capacité des acteurs de la formation en Normandie à travailler ensemble en dynamique avec la Région.
  • La promotion des métiers : L’organisation des Olympiades nationales des métiers en novembre 2018 fait force d’exemple avec une mobilisation sans précédent de l’ensemble des partenaires en région.
  • Une orientation repensée globalement en positionnant l’apprentissage au cœur de la formation des jeunes. Le partenariat Branches/Région doit permettre ces évolutions indispensables pour une bonne information  des jeunes et des familles sur des métiers en constante mutation.
  • L’économie des territoires : nous rappelons que la formation, au-delà des dispositifs eux-mêmes, est un facteur essentiel à la compétitivité des entreprises, au développement économique des territoires et au développement personnel et individuel de chaque citoyen.
  • Le renforcement de la capacité des branches à adapter les référentiels pour permettre aux acteurs de la formation de mieux répondre aux besoins de compétences des entreprises.
  • La qualité de formation par apprentissage : l’apprentissage doit être  mieux reconnu pour tous les niveaux de la formation, depuis le CAP jusqu’à la formation d’ingénieurs.
  • La pérennisation des moyens alloués aux établissements qui accueillent les jeunes et mettent en œuvre l’apprentissage.
  • Un objectif d’insertion professionnelle durable des jeunes issus de l’apprentissage. A ce titre, l’insertion professionnelle des jeunes du bâtiment et des travaux publics issus de l’apprentissage est éloquente : soit 70% de diplômés obtiennent un CDI dans l’année.

La complémentarité de la Région et des branches professionnelles est un gage de réussite de cette réforme.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email