lundi 20 août 2018
19 mars 2018

Grand Est: la Région forte de ses villes moyennes

 

Dans le cadre du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et Egalité des Territoires (SRADDET), un séminaire dédié aux villes moyennes s’est déroulé le 15 mars 2018 à Saint-Dizier (Haute-Marne).

Ce séminaire a permis aux représentants élus des villes moyennes de saisir l’opportunité de construire, grâce à la Région Grand Est, une nouvelle dynamique autour de leur territoire. En effet, la Région est la seule à disposer d’une vision d’ensemble des besoins et des ressources de ses territoires.

A cette occasion, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a annoncé que la Région allait s’emparer de cette opportunité, pour que le déploiement d’une intervention spécifiquement dédiée aux villes moyennes réponde à leurs spécificités et besoins, dans une logique de maillage de leur territoire.

Aménagement du territoire : 4 axes prioritaires

4 axes prioritaires ont été définis dans le champ de l’aménagement du territoire :

  • assurer la cohésion territoriale par un aménagement durable et équilibré,
  • soutenir des projets structurants à une échelle de territoire pertinente en veillant à une articulation équilibrée entre les territoires ruraux et urbains,
  • contribuer à l’attractivité et à la compétitivité des territoires aux difficultés spécifiques,
  • développer une approche territoriale pour un meilleur accès à la santé.

Ainsi, tout projet doit pouvoir être soutenu, quel que soit le territoire ou la commune qui le porte, dès lors qu’il s’inscrit dans une dynamique de développement et d’attractivité.

Les villes moyennes : traits d’union connectant les territoires entre eux

Les travaux réalisés dans le cadre du SRADDET ont permis d’identifier 37 villes moyennes comme maillons essentiels de l’armature urbaine. En effet, elles constituent des points centraux accueillant des activités et de l’emploi, des établissements de santé et d’enseignement, des équipements sportifs et culturels et occupent une fonction stratégique de connexion des territoires entre eux.

Ces villes ne sont toutefois pas homogènes : la diversité des situations géographiques et les configurations territoriales peuvent influer sur leur développement. Ainsi, certaines connaissent une relative prospérité économiques tandis que d’autres sont fragilisées par le déclin de l’activité industrielle, la fermeture de services publics, les restructurations militaires.

La Région entend soutenir les villes moyennes et a d’ores et déjà mené une réflexion autour de 3 axes :

  • appui aux villes moyennes pour leurs projets de développement ou de redynamisation, conçus dans une logique de projet global irriguant tout le bassin de vie,
  • création d’une identité commune ville moyenne et d’un sentiment d’appartenance à une « famille » au sein de l’armature urbaine régionale tout en prenant également en compte leurs situations très contrastées,
  • constitution et animation d’un réseau de villes moyennes, visant à créer une dynamique de partage d’expérience.

D’ici fin 2018, les villes concernées seront invitées à définir, en lien avec l’intercommunalité, les grands enjeux de leur territoire, la stratégie et les projets d’investissements qui pourraient être menés. Les résultats de cette analyse, portée par les agences d’urbanisme et financée par la Région Grand Est, serviront de socle à l’élaboration du Pacte qui sera signé entre la Région, la ville moyenne et l’intercommunalité, formalisant la démarche et les projets significatifs à accompagner et soutenir.

L’article Le Grand Est fort de ses villes moyennes est apparu en premier sur GrandEst.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email