dimanche 21 octobre 2018
5 mars 2018

Pays de la Loire: la Région a testé un autocar 100 % électrique

Devenir « la première région en matière de motorisations alternatives », c’est l’objectif affiché par Christelle Morançais, la présidente des Pays de la Loire. Aux côtés de la société de transport Transdev, elle a présenté le 21 février dernier à Nantes les premiers retours de l’expérimentation du fonctionnement de l’autocar électrique. Les résultats sont concluants.

En croisant l’autocar électrique sur les routes de Loire-Atlantique, impossible de passer à côté du message de la Région des Pays de la Loire qui habille le véhicule : “100 % électrique, zéro émission”. En matière de transition énergétique, la Région des Pays de la Loire prend en effet les devants, en testant des véhicules à motorisation alternative. Après l’essai d’un autocar roulant à 100 % au gaz GNV sur le réseau régional des transports interurbains en Sarthe, elle a expérimenté pendant un mois, avec la société de transport Transdev CTA, la mise en circulation d’un autocar 100 % électrique en Loire-Atlantique. Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire, s’est dite « satisfaite et enthousiaste des premiers résultats, confirmés par un taux de satisfaction voyageurs élevé. »

192 millions d’euros pour la transition énergétique

L’objectif figure en tête des priorités des Pays de la Loire en matière de transition énergétique : devenir la première région de France pour la mobilité durable. Pour cela, elle mise notamment sur le véhicule électrique. Avec 192 millions d’euros sur cinq ans, dont 71 millions de fonds européens, la feuille de route pour la transition énergétique de la Région Pays de la Loire a pour but d’accélérer le passage aux énergies vertes. Les mobilités alternatives, et notamment électriques, y tiennent une place prépondérante grâce à une enveloppe de 35 millions d’euros.

Agir pour plus de mobilité durable

Chef de file de l’intermodalité, nous favorisons déjà le développement des motorisations alternatives pour les véhicules des particuliers et innover ainsi pour les transports collectifs est bien le signe que nous voulons être actif en matière de mobilité durable », a souligné Christelle Morançais, rappelant des chiffres significatifs : « 71% des trajets se font aujourd’hui par l’automobile, et les parts de véhicules hybrides – environ 5% – ou électriques  – entre 1,5% et 2% –  restent très minoritaires dans nos déplacements. » Dotée de la compétence transport interurbain et scolaire depuis le 1er septembre 2017, la Région des Pays de la Loire mobilise chaque jour 2 800 cars sur le réseau ligérien, et des alternatives aux énergies fossiles sont à trouver dans les prochaines années.

Gaz, électrique, carburants de demain

La double expérimentation, menée avec l’entreprise Transdev, de la mise en circulation d’un autocar roulant au gaz GNV en Sarthe et d’un autocar 100 % électrique en Loire-Atlantique « permettent d’étudier la possibilité d’équiper certaines lignes de nouveaux véhicules décarbonés en fonction des contraintes de leur circuit », indique Gildas Lagadec, directeur de Transdev Pays de la Loire-Bretagne. « Autonomie, équipement en bornes de rechargement GNV ou électrique, observation de la consommation des véhicules et étude de l’équilibre économique, tout doit être paramétré correctement pour permettre à la Région de prendre les bonnes décisions, en matière de solutions technologiques, afin d’imaginer le possible déploiement de ces motorisations alternatives sur d’autres secteurs ligériens. »

Expérimentation plébiscitée par les usagers

Pour l’heure, l’expérimentation de la mise en circulation du car 100 % électrique (de marque Yutong, commercialisé par la société Dietrich Carebus Group) a livré ses premiers enseignements. Une enquête de satisfaction menée auprès des voyageurs et des conducteurs est concluante avec plus de 90% de retours positifs. Toutefois, une autonomie réelle de 210 kilomètres, soit moins d’une journée d’exploitation sans rechargement, est une contrainte à prendre en compte dans le cadre d’un éventuel équipement sur les circuits interurbains. Autre enseignement et non des moindres, le véhicule, d’une capacité de 59 sièges, permet une amélioration du confort des passagers grâce notamment à une nette réduction des nuisances sonores. Car, en plus de son côté écologique, le car électrique ne fait pas de bruit.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email