13 juin 2019

Normandie: la formation professionnelle des personnes sous-main de justice

En 2019, la Région de Normandie mobilise plus de 1,38 million d’euros pour la formation professionnelle des personnes sous-main de justice détenues dans les établissements pénitentiaires normands. Les stagiaires de la formation professionnelle du centre de détention de Val-de-Reuil, arrivés au terme de leurs formations CAP cuisine et CAP pâtisserie se sont vus remettre leurs attestations de compétences.

 

55 stagiaires en formation

Construit en 1989, le centre de détention de Val-de-Reuil, avec une superficie de 54 000 m2, est le plus grand d’Europe. Il comptait au 1er janvier 2019, 727 personnes détenues.

Ce centre de détention est spécialement conçu pour accueillir les personnes condamnées à un an de détention et plus, présentant de bonnes perspectives de réinsertion. Le régime de détention est principalement orienté vers la resocialisation des détenus.

Dans le cadre du programme de formation à destination des personnes détenues 2018-2020, la Région Normandie finance quatre actions de formation mises en œuvre par le GRETA de Rouen, au sein du centre de détention : 

  • CAP cuisine,
  • CAP pâtisserie,
  • CQP Soudeur industriel,
  • Titre professionnel d’agent d’entretien du bâtiment

En effet, La formation professionnelle constitue un levier important pour préparer la sortie de détention des personnes sous-main de justice. L’accès à la qualification est, en effet, un prérequis au retour à l’emploi et donc à une insertion durable dans la société, en limitant les risques de récidive.

A l’année, le marché représente 3 400 heures de formation soit une prise en charge des coûts pédagogiques d’un montant global de 278 800 € auxquels s’ajoute la prise en charge des coûts de rémunération des stagiaires. Les actions certifiantes proposées permettent en effet, aux stagiaires d’obtenir tout ou partie d’un diplôme, avec pour objectif le retour à l’emploi pendant ou après la détention.

 

La politique régionale en faveur de la formation professionnelle des personnes sous-main de justice

Pour mémoire, la loi du 5 mars 2014 a décentralisé la compétence formation professionnelle des personnes sous-main de justice en détention aux Régions en 2015.

Compte tenu du contexte très spécifique, la Région Normandie a souhaité mettre en place un programme de formations qualifiantes répondant à la diversité des établissements normands, aux caractéristiques de la population carcérale, aux projets professionnels des personnes détenues et aux besoins du marché du travail. Elle met en œuvre ces actions de formation dans le cadre d’un partenariat étroit avec l’administration pénitentiaire.

Le programme de formation mis en place par la Région doit ainsi permettre aux personnes détenues qui le souhaitent d’accéder à des formations de découverte d’un secteur d’activité, des formations pré-qualifiantes ou des formations qualifiantes.

Les temps de détention étant très variables, les stagiaires peuvent ainsi soit débuter un parcours de formation qui se poursuivra dans le cadre d’une formation de droit commun dispensé par un organisme de formation en dehors de la détention ; soit suivre un parcours complet de formation menant à une certification ou un diplôme pendant la détention.

Ce programme de formation a vocation à s’étoffer en 2020, dans le cadre du Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences. La Région a, en effet, choisi d’inscrire la formation des personnes détenues comme une action du Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences. Elle s’articulera autour de deux grands axes :

  • Augmenter le nombre de détenus bénéficiant de formation en détention
  • Favoriser la mise en œuvre d’actions de formations innovantes.

Pour mémoire, la Normandie compte 10 établissements pénitentiaires, répartis sur les 5 départements, qui accueillent 3793 personnes détenues :

  • 5 maisons d’arrêt (Caen, Cherbourg, Coutances, Evreux et Rouen),
  • 3 centres pénitentiaires : Le Havre et Caen (avec un quartier maison d’arrêt et un quartier centre de détention), et Alençon-Condé sur Sarthe (quartier maison centrale et quartier peine aménagée)
  • 2 centres de détention (Argentan et Val-de-Reuil)

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email