mardi 12 novembre 2019
14 octobre 2019

Pays de la Loire : la culture du futur mise sur orbite

La première saison de Culture au futur vient d’être lancée le 8 octobre dernier à Angers : ce concept unique en France a été imaginé pour la Région des Pays de la Loire par CreativeTech pour faire se rencontrer les mondes de l’art, de l’entreprise et de la recherche qui se côtoient souvent, mais sans véritablement dialoguer.

 

C’est une aventure nouvelle et inédite qui commence en Pays de la Loire. « Permettre à des artistes de s’investir dans le monde industriel et de tisser des liens avec des acteurs de la recherche pour proposer des collaborations exclusives ». C’est par ces mots que Laurence Garnier, vice-présidente de la Région des Pays de la Loire en charge de la culture, résume l’objectif de de Culture au futur, dont la finalité est d’accélérer l’innovation industrielle sur le territoire par la création d’œuvres originales. « C’est un projet phare de la stratégie culturelle régionale que nous déployons depuis deux ans en Pays de la Loire, avec la volonté notamment de faire vivre le mouvement de la création pour entrer dans la culture du XXIe siècle », rappelle Christelle Morançais présidente de la Région des Pays de la Loire.

 

Une collaboration originale

Cette première saison baptisée “L’Incroyable Manufacture ! » a pour ambition de faire renaître l’excellence des manufactures ligériennes par l’apport du regard inédit d’un artiste. Suite à un appel à projets lancé au printemps 2019 pour collaborer avec cinq entreprises ligériennes, cinq artistes ont ainsi été sélectionnés sur près de 60 candidatures, à l’occasion d’un jury présidé en juillet dernier par Fabrice Hyber, artiste plasticien de renommée internationale, parrain de cette première saison de Culture au futur.

Ainsi, pendant plusieurs mois, ces cinq artistes investiront cinq fleurons industriels et artisanaux des Pays de la Loire pour y faire renaître l’excellence d’une “incroyable manufacture” et y développer des projets innovants, se nourrissant de l’appui humain et technique de leur entreprise d’adoption. Et ce, avec le soutien de laboratoires de recherche ou d’établissements d’enseignement supérieur.
Cette thématique s’accorde clairement avec les ambitions régionales de « faire rayonner l’excellence des métiers de son industrie et accélérer sa capacité à déployer les avancées technologiques qui viennent renforcer ses savoir-faire », précise Paul Jeanneteau, vice-président en charge du développement économique. Au total, cinq trinômes (un par département) d’artistes, entrepreneurs et chercheurs questionneront l’influence de la robotique, des intelligences artificielles, de la réalité virtuelle… Les nouveaux outils favorisent en effet le renouveau du geste et réinventent une nouvelle manière de travailler.

Une exposition sera organisée à l’occasion du Printemps de l’innovation en 2020 pour présenter au grand public les travaux réalisés lors de cette première saison de Culture au futur.

Trois points de vue

Une entreprise

Jérôme Couasnon, directeur général des Toiles de Mayenne.

La culture, fil conducteur de notre activité

« Notre entreprise est historique en Mayenne. Nous avons toujours essayé d’innover pour que nos tissus puissent répondre aux attentes de nos clients. Cela n’a pas toujours suffi, car Toiles de Mayenne a traversé une période délicate l’an dernier. Ce challenge arrive à point nommé car il va permettre de booster notre créativité. Je crois que les propositions artistiques de Pietro Seminelli pourront être des solutions intelligentes, esthétiques pour sublimer davantage nos tissus ou leur conférer de nouvelles qualités, acoustiques, écologiques. Pour nos 115 collaborateurs, c’est un défi unique ! »

Artiste : Pietro Seminelli
Université – chercheur : Jean-François TASSIN, Directeur de l’ENSIM, Professeur à l’Institut des molécules et matériaux du Mans – Ecole nationale supérieure d’ingénieurs du Mans (ENSIM) – Université du Maine.

 

Un chercheur

Patrick Le Callet, chercheur pour l’Université de Nantes.

Un langage commun autour de la technologie

« Conjuguer des talents artistiques et des intelligences technologiques ira bien au-delà de la simple performance artistique. Le fait de connaître les artistes qui travaillent sur ce projet nous a permis de nous entendre sur un vocabulaire et un terrain d’expérimentation commun. Le projet, qui mobilisera toute une équipe d’élèves ingénieurs, se focalisera autour de la toute première guitare connectée au monde, la Lag HyVibe de l’entreprise Algam. Si l’objectif est de proposer un format inédit et interactif de spectacle immersif en s’appuyant sur une spatialisation du son et de l’image, nous ne rechercherons pas la prouesse technologique pour autant. L’association doit avant tout servir à une expérience sensible. »

 

Entreprise : Algam (importation et distribution de matériels de musique)
Artistes : Collectif Orum

 

Un artiste

Elladj Lincy-Loumeaux, artiste plasticien.Explorateur au service d’une entreprise

Entreprise : Colart (leader mondial du matériel d’art)
Université-chercheur : Laboratoire CEISAM (laboratoire chimie et interdisciplinarité) – Université de Nantes

Les cinq trinômes entreprises / artistes /chercheurs :

  • Loire-Atlantique :
    ALGAM / COLLECTIF ORUM / UNIVERSITÉ DE NANTES – LABORATOIRE LS2N
  • Maine et Loire :
    GROUPE ZEKAT / COMPAGNIE MÊTIS / POLYTECH ANGERS
  • Mayenne :
    TOILES DE MAYENNE / PIETRO SEMINELLI / UNIVERSITÉ DU MANS
  • Sarthe :
    COLART / ELLADJ LINCY DELOUMEAUX / UNIVERSITÉ DE NANTES – LABORATOIRE CEISAM
  • Vendée :
    MULLIEZ-FLORY / MAUD LOUVRIER-CLERC / SÉBASTIEN LAHAYE POLYTECH ANGERS-ATELIER NAN

L’incroyable manufacture en trois étapes :

1. Un appel à projets a été lancé au printemps 2019. Cinq artistes ont ainsi été sélectionnés à l’issue d’un jury présidé par Fabrice Hyber, artiste plasticien de renommée internationale, parrain de cette première saison de Culture au futur.

2. Pendant près de six mois, des ateliers et des réflexions croisées au service de la création vont permettre aux artistes de travailler une production en lien avec des entreprises, laboratoires ou établissements d’enseignement supérieur.

3. Les prototypes ou œuvres, issus des ateliers, seront mis en scène autour du thème commun L’incroyable manufacture ! et seront dévoilés au public lors d’un grand évènement qui viendra conclure la séquence au printemps 2020.

 

 

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email