mercredi 27 mai 2020
30 avril 2020

Île-de-France: une conciergerie pour aider les internes

Ile-de-France, région, France, conciergie, solidaire, internes, médecineFace aux besoins urgents des internes en médecine franciliens en pleine crise de Covid-19, la Région Île-de-France a mis en place une conciergerie gratuite qui les met en relation avec des entreprises et associations solidaires. Témoignage d’une soignante bénéficiaire.

Mise à disposition de logements, prêt de voitures, livraison de repas à domicile… La conciergerie  solidaire mise en place par la Région Île-de-France, apporte une aide d’urgence aux internes en médecine franciliens en pleine crise de Covid-19.

Ce service existe grâce la mobilisation d’agents de la Région qui l’animent et de plusieurs entreprises et associations franciliennes qui ont décidé d’aider les soignants.

Retour sur l’expérience de Cloé Vesque, interne à l’hôpital de Rambouillet (78). Elle se rend désormais à l’hôpital au volant d’une voiture mise à sa disposition par l’entreprise de location Qarson

Alexis Padioleau, directeur général de Qarson France, nous explique sa démarche : « Nous souhaitions participer à l’effort collectif face à la crise que nous traversons. Nous avions une volonté de soutenir les soignants, qui sont parmi les plus sollicités en ce moment. Notre force est notre stock de véhicules. Il nous a paru naturel de le mettre à disposition pour faciliter les déplacements individuels. »

Cloé Vesque, 25 ans, interne en médecine

Comment s’est passée votre expérience avec le service de conciergerie solidaire ?

Cloé Vesque : J’avais besoin d’une voiture et, grâce à la conciergerie, tout a été très rapide et efficace. Il suffit d’appeler la Région (au 01 53 85 53 85) et d’envoyer quelques documents. Quelques heures plus tard, j’ai reçu un appel m’informant que la voiture était prête et m’attendait. Tout est fait pour que cela soit facile et rapide. 

Pourquoi avez-vous besoin d’une voiture en cette période

C.V. : Elle m’est utile en pleine épidémie car elle me permet de ne pas prendre les transports en commun, et donc d’éviter une contamination. Depuis quelques semaines, le flux dans les transports en commun a augmenté, comparé aux premières semaines de confinement. Il devenait compliqué de respecter les distances de sécurité, d’autant plus que je n’ai pas de masques pour me protéger en dehors de mes heures à l’hôpital.

Qu’est-ce que ce service vous a apporté ?

C.V. : La voiture m’a été prêtée gratuitement par l’entreprise Qarson jusqu’à la fin du confinement, le 11 mai, soit presque 1 mois. Sur les routes, le trafic est assez fluide en cette période. En plus de minimiser les risques de contamination, la voiture me permet de gagner environ 1h30 de temps de transport par jour.

consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email