jeudi 23 novembre 2017
8 novembre 2017

Guyane: 22ème édition de la conférence des Régions Ultrapériphériques

Rodolphe Alexandre, Président de la collectivité territoriale de Guyane, a accueilli fin octobre la 22e édition de la Conférence des Régions Ultrapériphériques de l’Union européenne, en présence du Président de la commission Européenne Jean-Claude Juncker et du Président de la République Emmanuel Macron, accompagné par la Ministre des Outre-mer Annick Girardin.

 

Jean-Claude Juncker a insisté sur sa volonté que les RUP aient la conviction de faire partie à 100% de l’Union européenne: « vous avez besoin de nous mais pas autant que nous avons besoin de vous. Nous sommes unis dans la diversité ».

Le Président de la Commission européenne a indiqué que les RUP permettent à l’Union européenne d’exister au-delà de ses frontières et d’acquérir une dimension mondiale. Le terme de « RUP » ne conviendrait alors pas, car ces territoires sont au cœur de l’Europe et non à sa périphérie.

Enfin, une nouvelle stratégie est à définir pour un nouvel essor dans le partenariat avec les RUP, afin de développer notamment le programme ERASMUS aux pays voisins, afin de moderniser les secteurs de la pêche et de l’agriculture et afin de maintenir la politique de cohésion. 7 milliards ont été attribués aux RUP entre 2014 et 2020.

Un changement de terminologie?

A l’instar de Jean-Claude Juncker, le chef de l’État est revenu la nécessité de changement de terminologie « RUP » qui n’est pas en accord avec le rôle géopolitique et géostratégique de ces territoires.

Emmanuel Macron a également salué l’Europe de toutes les chances et des opportunités avant d’insister sur quelques thématiques essentielles à ses yeux :

  • la réussite économique et notamment de l’économie locale et pour cela les territoires doivent être accompagnés;
  • la formation professionnelle afin de passer d’une logique d’aide à une logique de formation notamment pour les jeunes peu qualifiés.

Enfin, le chef de l’État a salué les avancés concrètes de la nouvelle politique de cohésion. Il a en cela indiqué son souhait d’adapter les procédures européennes aux réalités des RUP et ce avec une approche pragmatique: « au niveau européen, nous devons adapter nos règles ».

Emmanuel Macron promet de tenir ses engagements

Concernant les difficultés inhérentes à la Guyane, Rodolphe Alexandre a indiqué qu’il s’agit avant tout de problématiques qui doivent être réglées au niveau de l’État. Mais l‘accompagnement de la Commission européenne reste déterminante dans des domaines spécifiques tels que le développement de la pêche mais également dans les domaines de la biodiversité, des énergies renouvelables.

Emmanuel Macron a exprimé toute sa considération pour les guyanais. Sa réponse aux accords de Guyane a été claire: les engagements de l’État seront tenus. Il a également ajouté qu’il souhaitait en parallèle le développement de projets pertinents émanant du « terrain » qu’il accompagnera.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *