mardi 22 octobre 2019
25 septembre 2019

Nouvelle-Aquitaine: Etourisme, ce qui a changé en 15 ans en Région…et ailleurs

En 2004, naissaient les premières Rencontres nationales du Etourisme institutionnel. Quinze ans plus tard, l’événement rassemble toujours chaque année en Nouvelle-Aquitaine, à Pau, tout le secteur, institutionnels et entrepreneurs. La thématique du numérique est plus que jamais au cœur du quotidien des professionnels, gestionnaires de destination.

 

E-Tourisme; Nouvelle-Aquitaine

Offices de Tourisme, Agences départementales de Tourisme, Comités régionaux du Tourisme, Parc naturels nationaux, …, tous les institutionnels du tourisme ont vu leurs métiers évoluer depuis l’apparition d’Internet. Les Rencontres nationales du Etourisme, dont la prochaine édition aura lieu à Pau du 15 au 17 octobre prochain, ont largement participé aux changements de pratiques de tout le secteur.
Cette révolution commence en 2006, alors que les réseaux sociaux débarquent ; la communication des organisations touristiques doit donc s’adapter, avec de nouveaux contenus spécifiques pour ces plateformes. L’avènement des smartphones, aujourd’hui principal mode de consommation de cette information change la donne dans la conception et le développement web. L’amélioration des débits permettra quant à elle de créer des nouveaux formats vidéos et photos, immersifs ou interactifs, encore inimaginables il y a quelques années.
Les gestionnaires de destination ont dû aussi et surtout s’adapter aux nouveaux entrants du privé, explique Ludovic Dublanchet, co-organisateur des Rencontres du etourisme et accompagnateur de stratégies numériques. Avec Booking, Expedia, Airbnb ou Trip Advisor, les Offices de tourisme changent de missions et deviennent des coordinateurs et accompagnant des acteurs de leur territoire, et non plus seulement des structures accueillantes du public.”

Alors qu’en 2004, il s’agissait de “démystifier Internet”, aujourd’hui l’enjeu est de se retrouver dans l’écosystème complexe des géants du web. “Les acteurs du tourisme institutionnel ont tout à gagner à faire avec ces géants et peuvent même largement en bénéficier, explique Jean-Luc Boulin, directeur de la MONA, la Mission des Offices de tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Il faut s’insérer dans cet environnement commercial tout en maîtrisant son marketing numérique“.
C’est ainsi que les hôteliers se forment au revenue management (la gestion de la diffusion sur les plateformes en ligne), les équipes développent l’animation numérique de territoire et les Offices de tourisme s’engagent dans l’accompagnement de leurs prestataires.

Les entreprises, alliées du développement de l’innovation

Si le secteur, et particulièrement en Nouvelle-Aquitaine, a largement su acquérir de réelles compétences numériques, c’est notamment grâce aux liens développés avec les entreprises innovantes en la matière.
Alors que toute la France institutionnelle du tourisme se donne rendez-vous chaque année à ces Rencontres, c’est aussi le cas de nombreuses start-up. L’année dernière, sur les 850 participants, 203 étaient issus d’entreprises. Celles-ci sont aussi présentes sur le village des exposants, qui regroupe une cinquantaine de stands. La rencontre entre institutionnels et entrepreneurs est fructueuse, avec souvent des expérimentations nées de ces premiers échanges.

Les nouvelles idées de business dans le secteur touristique s’illustrent aussi durant les Rencontres lors du start-up contest. “Ce concours de start-up a depuis 6 ans vu s’affronter 318 candidats et a récompensé 5 lauréats, se félicite Laurent Pierre Gilliard, Directeur Service Prospective et Communication d’Unitec, structure d’accompagnement de start-up en Nouvelle-Aquitaine. Ainsi, Wiidii, Peuf Daddy, Swikly, Timescope, Boat On, ont chacun remporté un prix de 25 000 euros pour aider au développement de leurs projets.

La Région, acteur de l’innovation touristique et durable

Parmi les grandes tendances du moment – et donc les sujets abordés lors de ces 15e Rencontres du etourisme -, on retrouvera les problématiques écologiques et environnementales dans les pratiques du secteur. Une continuité de la politique engagée par la Région en la matière en Nouvelle-Aquitaine : “Nous œuvrons pour être la première Région touristique durable, ré-affirme Sandrine Derville, vice-présidente en charge du tourisme. Dans le cadre de la politique régionale globale Neo Terra et du Schéma régional pour le développement du Tourisme et des Loisirs, nous sommes attentifs à sélectionner des projets exemplaires en matière écologique et environnementale.”

Ainsi, l’appel à projets “Tourisme Innovant en Nouvel Aquitaine” (TINA), dont l’objectif est de favoriser l’émergence de projets innovants, d’expérimentations et d’initiatives régionales comme vecteur de développement économique et d’attractivité des territoires, prend au maximum en compte ces critères. “On constate aussi que ce filtre écolo est de plus en plus important dans les choix des clientèles“, ajoute Ludovic Dublanchet.

L’innovation touristique, bien au-delà du technologique, est donc aussi responsable, environnementale et même sociale, comme l’illustre le projet Solikend. Créé à Biarritz, ce premier site web solidaire de réservation d’hôtels propose aux hôteliers une démarche citoyenne inédite : en moyenne et basse saison, les hôteliers vendent occasionnellement des nuitées sur des chambres inoccupées au profit d’œuvres caritatives. La Région a accompagné Solikend à hauteur de 50 000 euros dans le cadre de l’appel à projets “Tourisme innovant en Nouvelle-Aquitaine”.

Consulter l’article (plus d’infos)

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email