mercredi 20 septembre 2017
16 septembre 2017

Pays de la Loire: des écoles de production pour retrouver le chemin de la réussite

Les écoles de production offrent une troisième voie pour les élèves en difficultés, à mi-chemin entre le lycée professionnel et le centre de formation des apprentis. On y apprend un métier en fabriquant de vrais produits pour de vrais clients, tout en préparant un diplôme. Le point sur cette alternative pour sortir de l’échec, reprendre confiance en soi et s’insérer professionnellement, à l’occasion de la visite de rentrée de Bruno Retailleau à l’école de production Association Agapè Anjou, le 11 septembre dernier.

 

Des formations en petit effectif, sous statut scolaire, dans les conditions réelles d’une “école entreprise”, et avec un taux d’insertion professionnelle proche de 100 %. En 2016, la Région des Pays de la Loire a signé une convention avec la Fédération nationale des écoles de production (FNEP) pour favoriser leur développement dans la région.

« En Pays de la Loire, 4 000 jeunes par an sortent du système scolaire. Sans travail, sans diplôme, sans qualifications. La lutte contre le décrochage scolaire est l’une de nos priorités », insiste Bruno Retailleau, président du Conseil régional des Pays de la Loire. « Toutes les voies doivent être explorées pour atteindre cet objectif, et notamment le développement des écoles de production ».

Ces écoles dispensent des formations professionnelles qualifiantes avec 90 % de réussite au CAP et bac pro, et 45 % de poursuite d’études chez les jeunes concernés. Il en existe quatre dans les Pays de la Loire : à l’ICAM de Nantes (44), à La Roche-sur-Yon au pôle d’enseignement de Briacé (85), aux Établières (85) et à Angers (Agapè Anjou, 49). Une cinquième école est annoncée à ICAM à La Roche-sur-Yon.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email