dimanche 16 juin 2019
25 mars 2019

Nouvelle-Aquitaine: la paille et la poutre

La paille, cet isolant naturel aux multiples vertus, prend toutes ses lettres de noblesses sur nos territoires. La Région Nouvelle-Aquitaine donne l’exemple, en l’utilisant dans la construction ou la rénovation de certains bâtiments publics dont elle a la charge.

Premier bâtiment public de la région réalisé en isolant paille, l’internat du lycée agricole Xavier-Bernard, à Rouillé dans la Vienne et livré l’été dernier, ouvre la voie à une série de réalisations innovantes. Chantier emblématique, ce nouveau bâtiment de 50 places offre une solution pratique aux jeunes éloignés des grands centres urbains et sans possibilité de se loger à proximité, tout en privilégiant leur bien-être. La Région l’a souhaité le moins énergivore possible. C’est pourquoi la paille a été privilégiée, car ses qualités reconnues en font un excellent isolant thermique. La structure du bâtiment est donc faite d’une ossature bois dans laquelle est insérée de la paille compressée, enduite d’un mélange d’argile, de chaux et de sable. Ainsi les chambres bénéficient d’une stabilité du climat intérieur et d’une respiration naturelle.

Circuit court

Véritable vitrine, l’internat de Rouillé aide à promouvoir cette filière en pleine structuration qui présente de multiples avantages. Matériau écologique et performant, la paille permet de minimiser l’empreinte écologique, tout en maximisant la qualité de l’air intérieur. Elle est très peu coûteuse en énergie car elle nécessite une faible transformation, un transport réduit, et se composte en fin de vie. Les bottes utilisées dans la construction proviennent de la culture de céréales. Elles sont abondantes et disponibles localement. C’est donc un isolant qui a tout bon, et pour faire décoller son usage la collectivité s’appuie notamment sur le cluster Éco Habitat. « La paille est le matériaux de construction qui a le plus faible impact environnemental, tout en cumulant de très bonnes qualités, résume Nicolas Rabuel, chef de projet au sein du cluster. Comme elle est issue de l’agriculture en circuit court, son approvisionnement est simple, et il y a actuellement suffisamment de paille disponible pour assurer toutes les constructions neuves et même les rénovations en France. » Reste à en démocratiser l’usage.
Pour cela des formations sont proposées aux artisans et aux constructeurs. Un accompagnement d’adresse également aux agriculteurs producteurs. Et des conseils peuvent être dispensés aux particuliers.

« Sensation de cocon »

Pour Fabrice Simon, qui a achevé sa maison en paille à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute
Vienne) en 2014, ce choix s’est rapidement imposé. « La mise en œuvre a été extrêmement facile et économique, et nous n’avons jamais eu à le regretter. En rentrant dans la maison, il y a cette sensation de cocon. Il y fait 20°C toute l’année. L’hiver on marche pieds nus, l’été on dort avec une couette. Et au niveau phonique c’est extraordinaire : il m’arrive parfois d’ouvrir la fenêtre pour savoir s’il pleut. » En effet, la fibre des bottes compressées piège l’air, d’où un déphasage thermique important (capacité à ralentir la pénétration de la chaleur). « C’est ce qui fait de la maison bois-terre-paille une vraie garantie de confort de plus en plus reconnue, pointe Geoffroy Bouchard, artisan maçon à la tête d’une entreprise traditionnelle à Bellac (Haute-Vienne). Désormais, ce type de construction avec des matériaux naturels représente un tiers de notre chiffre d’affaires. » Les projets et réalisations se multiplient un peu partout dans la région, autant chez des particuliers que dans le domaine public. La construction d’une école maternelle et élémentaire à l’Isle d’Espagnac (Charente) est en cours et sera livrée cet été. Même parti pris pour la création d’une école et d’un collège à Saint-Médard en Jalles (Gironde), prévues dans le courant de l’année 2020.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email