dimanche 22 septembre 2019
10 mai 2019

Bretagne: Jeunes Entreprises devient Breizh Invest PME

Qui dit nouvelle stratégie dit nouveau nom ! Recentrée sur l’accompagnement des entreprises en reprise-transmission ou en développement, Bretagne Jeunes Entreprises devient Breizh Invest PME. C’est sous ce nouveau nom qu’elle vient compléter la palette des outils financiers déployés pour répondre à ce type de besoin des entreprises.

 

Bretagne ; jeunes entreprises

 

Intervenir en fonds propres pour consolider les projets de transmission et de développement des PME bretonnes : c’est la mission de BJE (Bretagne Jeunes Entreprises) dont le nouveau nom a officiellement été adopté le 7 mai. D’abord ciblé sur le soutien à la création innovante, Breizh Invest PME (comme BIP) s’est, en effet, ré-orienté vers l’accompagnement des entreprises en reprise-transmission ou en développement. Son nouveau nom (et une nouvelle équipe dirigeante) donnera plus de visibilité à cette nouvelle stratégie : complèter la palette d’outils financiers déployés par la Région avec BpiFrance pour faciliter la transmission des entreprises en Bretagne, comme le Fonds Brit ou le Contrat de développement transmission. Sa vocation ? Augmenter les fonds propres de petites entreprises, en particulier industrielles, réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 1 M€, afin de produire un effet de levier pour faciliter l’accompagnement bancaire de leurs projets !

Qu’est-ce que Breizh Invest PME ?

 

Doté d’un capital de 7,7 M€, Breizh Invest PME (BIP) peut s’appuyer sur un actionnariat stable depuis la création de BJE en 2003 : la Région Bretagne (26,8 %), Bpifrance (23,2 %) et 4 établissements bancaires régionaux Caisse d’Épargne, Arkéa, Banque Populaire Grand Ouest et Crédit Agricole (12,5 % chacun). Avec un objectif de 6 à 7 prises de participations par an, la structure compte aujourd’hui un portefeuille de 26 entreprises bretonnes dont il a permis le développement ou la reprise-transmission. Avec de  « petits » tickets d’entrée allant jusqu’à 400 000 €, la participation au capital, aux côtés des dirigeants, reste toujours minoritaire.

Consulter l’article

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email