vendredi 19 juillet 2019
9 juillet 2019

Bourgogne-Franche-Comté: l’agence régionale de biodiversité vient d’éclore

La Région Bourgogne-Franche-Comté s’est dotée d’un nouvel outil opérationnel afin d’enrayer le déclin de la biodiversité. La création de l’Agence régionale de la biodiversité était un engagement du mandat en faveur de la transition écologique ; elle commencera à fonctionner d’ici début 2020.

 

BFC, Agence biodiversité

 

La graine a été semée le 27 février 2017, date de lancement du processus de création de l’Agence régionale de la biodiversité. Cette  structure d’un nouveau genre – un établissement public de coopération environnementale – est portée par la Région Bourgogne-Franche-Comté et l’Agence française pour la biodiversité (AFB).
Pour grandir et prendre forme, elle a bénéficié des soins prodigués par tous les acteurs mobilisés pour la préservation de la biodiversité : partenaires institutionnels, experts scientifiques, monde associatif, socio-professionnels, usagers de la nature… Les contributions de 2 000 citoyens à une consultation sur la plateforme participative de la Région ont également stimulé sa croissance.

Installation du conseil d’administration

Ainsi, après un peu plus de deux ans de concertation, l’Agence régionale de la biodiversité (ARB) de Bourgogne-Franche-Comté a éclos officiellement le 7 juin 2019 avec la signature de l’arrêté de création par le Préfet de région Bernard Schmeltz. Le 8 juillet à Besançon, le conseil d’administration a été officiellement installé. Il est composé de 30 membres représentant la diversité des partenaires concernés (voir ci-dessous). Stéphane Woynaroski, conseiller régional délégué à la biodiversité, a été élu président du CA et Anne-Laure Borderelle, directrice régionale de l’AFB, vice-présidente.
« En Bourgogne-Franche-Comté aussi, la biodiversité a besoin que l’on s’occupe d’elle, a rappelé d’emblée le président en citant le déclin des zones humides, la disparition de populations d’oiseaux ou la perte de linéaires de haies. La biodiversité, ce n’est pas une affaire de spécialistes, mais bien le tissu vivant de notre planète, quelque chose d’indispensable à notre espèce. Il n’est pas trop tard pour agir ensemble afin de la sauvegarder ! »

Siège à Besançon

Complémentaire des structures existantes, l’ARB permettra de « changer de braquet » et de démultiplier les actions. Elle innove par une approche transversale et multisectorielle afin de favoriser les synergies et sensibiliser l’ensemble de la société civile à la préservation du vivant. Cinquième agence régionale créée en France, celle de Bourgogne-Franche-Comté a pour particularité d’impliquer le monde économique dans ses travaux.
Basée à Besançon, élue capitale française de la biodiversité en 2018, l’agence régionale occupera dans un premier temps des locaux provisoires à La City. Elle emploiera six personnes en équivalent temps plein ; les recrutements seront prochainement lancés. Un nouveau conseil d’administration est programmé début octobre afin d’adopter un budget primitif pour 2020 qui devrait s’élever à 600 000 €. Il faudra donc encore attendre quelques mois pour cueillir les premiers fruits…

La transition écologique est un des trois piliers du plan de mandat régional. Cette Agence aura la lourde et formidable responsabilité de mettre la biodiversité au cœur des politiques publiques, des secteurs économiques, des territoires et du quotidien des habitants – Frédérique Colas, vice-présidente de la Région chargée de la transition écologique et de l’environnement

Un outil opérationnel et neutre

La mission fixée à l’Agence régionale de la biodiversité est de devenir un outil opérationnel facilitant la cohérence des politiques publiques et l’efficacité des actions.

Cette structure neutre répond à trois objectifs :

  • améliorer et partager les connaissances ;
  • mettre en réseau les acteurs et renforcer les dynamiques existantes ;
  • sensibiliser l’ensemble de la société civile.

Les membres du conseil d’administration

  • 9 représentants des collectivités (Région Bourgogne-Franche-Comté, Département de la Nièvre, Parc naturel régional du Morvan) ;
  • 2 représentants de l’État ;
  • 2 représentants de l’Agence française pour la biodiversité ;
  • 1 représentant de la commune siège de l’établissement (Besançon) ;
  • 3 représentants des établissements publics locaux (Chambre de commerce et d’industrie, Chambre d’agriculture, Université) ;
  • 2 représentants des établissements publics nationaux (Office national des forêts, GIP du projet de Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne) ;
  • 5 représentants d’association (Conservatoire d’espaces naturels, Conservatoire botanique national, France Nature Environnement, GRAINE, collectif SIGOGNE) ;
  • 3 représentants des secteurs économiques concernés (Union régionale des fédérations de pêche, Fédération régionale des chasseurs, Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) ;
  • 1 personnalité qualifiée ;
  • 2 représentants du personnel.

Consulter l’article

Partager cet article :

About msakho

  • Email