mardi 29 septembre 2020
26 février 2020

Bourgogne-Franche-Comté : économie circulaire, déjà 46 projets aidés par la Région et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Depuis deux ans, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME )et la Région se mobilisent pour faire émerger des projets autour de l’économie circulaire. Un nouveau mode de production plus écologique, basé sur l’économie des ressources naturelles et le recyclage des matières.

Extraire ; produire ; consommer ; jeter. Le développement de notre société repose majoritairement sur une économie linéaire. Mais aujourd’hui, notre planète nous rappelle à l’ordre. Les ressources naturelles s’épuisent, les déchets s’accumulent … Le modèle est à bout de souffle. C’est pourquoi de nombreuses entreprises, associations et collectivités pensent aujourd’hui différemment, notamment en explorant les techniques de l’économie circulaire : il s’agit  de réfléchir sur la manière d’exploiter au mieux nos ressources, de les transformer en limitant l’impact sur l’environnement, et d’allonger leur durée d’usage grâce au réemploi,  aux réparations, au recyclage…

Depuis deux ans, la Région et l’ADEME travaillent main dans la main pour faire émerger aux quatre coins de la Région les projets basés sur l’économie circulaire. Un vrai travail de fourmi qui porte aujourd’hui ses fruits : « En l’espace de deux ans, nous avons auditionné 120 chefs d’entreprises, responsables associatifs, élus. De ces rencontres, ont émergé  71 dossiers, déposés au titre de notre appel à projets économie circulaire. Nous en avons retenu 46, que nous avons soutenus pour un montant de 3,6 millions d’euros d’aides, ADEME et Région confondus. »Blandine Aubert, directrice régionale de l’ADEME, ne cache pas son enthousiasme, alors qu’un nouvel appel à projets pour 2020 débute : « On espère pouvoir accompagner 100 dossiers cette année ».

Rien ne se perd, tout se transforme !

Mercredi 19 février 2020, lors d’une conférence de presse, l’ADEME et la Région ont présenté les projets les plus marquants soutenus ces deux dernières années. Citons par exemple les projets de la SARL Bioveillance, en Saône-et-Loire, qui développe le négoce de produits à base de cellulose de carton de récupération pour les transformer en… cercueils ou en litière pour chat ! Dans le Jura, « Oh la Bâche ! » utilise des bâches évènementielles pour les transformer en objets d’éco-maroquinerie : sacs, cabas, sacoches de vélo, paniers, trousses, lampes, porte-clefs… Dans le Doubs, c’est le projet d’économie circulaire de la société Productéin qui a retenu l’attention de l’ADEME et de la Région : la société, qui élève des insectes pour l’alimentation du futur, a travaillé sur la valorisation des excréments de ses vers de farine, riches en matière organique, phosphore, potasse et micronutriments. Elle imagine ainsi les transformer en engrais agricole afin de restaurer la matière organique dans les sols et en conserver la fertilité. « C’est incroyable ce fourmillement d’idées,s’est réjouie Frédérique Colas, vice-présidente de la Région en charge de la transition écologique et de l’environnement. Nous sommes aujourd’hui fiers de pouvoir accompagner des acteurs économiques qui travaillent de manière un peu différente. Les constats sont là. Quand on est un élu responsable, on est dans l’obligation de construire l’avenir en tenant compte de l’adaptation au changement climatique. L’économie circulaire remplit cet objectif. »
Pour aller encore plus loin, la Région va se doter en avril prochain d’une feuille de route sur l’économie circulaire (FREC).

Dans l’Yonne, les chutes ont de l’avenir

Pour présenter son bilan sur l’économie circulaire, la Région et l’ADEME avaient choisi de réunir la presse dans les locaux de l’association « Au bonheur des chutes », à Auxerre (89). Née en 2017, l’association récupère les chutes d’entreprises locales et les transforme en nouveaux objets. Soit directement (Céline Lebrun, co-fondatrice, est designer industriel), soit en faisant appel à des artisans locaux. Bois, tissus, verre… Elle travaille avec plusieurs entreprises pour ses collectes : MobilWood, Idées 89, Art et Fenêtre… « Nous travaillons à la demande, détaille Lothaire Carlier, membre de l’association ;  nous pouvons créer des agencements intérieur ou extérieur sur mesure, des objets uniques ou en série. Pour la ville d’Auxerre, nous avons fabriqué leurs boîtes à livre, leurs cendriers. »L’association gère également un magasin de matières premières, sa « matériauthèque ». C’est l’acheteur qui définit lui-même le prix. « En 2020, nous avons collecté 20 tonnes de matériaux qui étaient perdus, nous en avons revendu les trois-quarts. »Lothaire et Céline proposent également des ateliers de sensibilisation au recyclage et au bricolage, des apéro’chutes, à leurs 350 adhérents : « On essaie de renforcer la promotion de l’artisanat, du réemploi. Car pour nous, ce sont des réponses écologiques intéressantes. » Candidate à l’appel à projets économie circulaire 2018-2019, l’association a reçu 139 500 € de subvention ADEME-Région pour financer ses dépenses de personnel et les investissements matériels (aménagement du site de stockage de matières).

Consulter l’article en ligne. 

Partager cet article :

About souakla

  • Email