lundi 13 juillet 2020
11 mars 2020

Bourgogne-Franche-Comté : lycéens et apprentis, si vous partiez à l’étranger ?

La mobilité internationale n’est pas réservée qu’aux étudiants. Les lycéens et apprentis des filières professionnelles et technologiques peuvent également effectuer leur stage à l’étranger avec l’aide de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

« C’est la première fois que je partais toute seule. Au départ, c’était un peu angoissant mais au final l’expérience s’est avérée très instructive et enrichissante. C’est vraiment un truc à faire ! ». Jennifer Mourlon, 19 ans, est élève en bac pro « Services aux personnes et aux territoires » à la Maison familiale et rurale de Morre (25). En octobre 2019, avec trois camarades de classe, elle a effectué un stage de trois semaines dans une crèche d’Etterbeek, près de Bruxelles, en Belgique. « On a pu voir ce qui se faisait ailleurs et partager nos savoir-faire avec les Belges ». Pour financer son séjour,Jennifer a bénéficié d’une bourse de 200 € de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
En 2020, la collectivité consacre 3,158 millions d’euros à la mobilité internationale (stage et études à l’étranger) des jeunes Bourguignons-Francs-Comtois. Les étudiants de l’enseignement supérieur représentent plus de 80 % des bénéficiaires des différents programmes régionaux. Et à peine 9 %  n’ont pas le bac ; ils sont apprentis ou lycéens en filière professionnelle ou technologique (élèves en bac pro, CAP/BEP…).

Une aide mobilisable après le départ
Pourtant, ils peuvent solliciter une bourse pour un stage à l’étranger d’une durée de 2 semaines à 6 mois. Le montant – de 150 € à 380 € par mois – dépend des revenus de la famille, du nombre de jours de stage et de l’attribution ou non d’une bourse Erasmus + de l’Union européenne. Cette aide de la Région est mobilisable jusqu’à un mois après le départ.  Les conditions : être inscrit dans un établissement en Bourgogne-Franche-Comté et partir à plus de 150 km de sa ville de résidence et d’études. Le quotient familial est également pris en compte.
Comment expliquer que ces jeunes profitent si peu de ces dispositifs ?  Sans doute un peu la peur de l’inconnu pour des élèves parfois mineurs et leurs familles. L’alternance en entreprise, qui fait tout l’intérêt des cursus en apprentissage, complique également les choses. « Pour notre dernier voyage en novembre 2019 à Valence, en Espagne, nous avions 46 apprentis volontaires mais seulement 12 ont pu partir, indique Catherine Polliart du CFA Hilaire de Chardonnet à Besançon. Les jeunes doivent obtenir l’accord de leur employeur et il faut résoudre le problème de la rémunération de l’apprenti quand il est à l’étranger. »  Dans ce CFA, les stages à l’étranger sont donc limités à trois semaines et s’effectuent majoritairement pendant les périodes de cours.

« Un avantage indiscutable »
Malgré les difficultés, « ça vaut le coup de faire partir des jeunes, souligne l’enseignante bisontine. L’avantage d’un stage à l’étranger est indiscutable. Cela leur donne une ouverture d’esprit ». Et parfois aussi des promesses d’embauche : un apprenti en service en salle retournera à Valence pour travailler dans un restaurant une fois son brevet professionnel validé.

L’année dernière, j’étais en terminale bac pro « Systèmes numériques »  au lycée professionnel Notre-Dame de Nevers (58). Avec quatre autres élèves, je suis parti faire un stage d’un mois à Eastbourne, dans le sud de l’Angleterre. Je travaillais dans une entreprise qui répare des ordinateurs et des téléphones. Je n’étais pas très bon en anglais, j’avais juste quelques bases. Et en un mois, j’ai plus appris qu’en plusieurs années de collège et de lycée !  Cela m’a énormément aidé : je suis devenu le meilleur de ma classe en anglais. J’ai découvert aussi une autre mentalité, une façon différente de travailler. Ce séjour m’a permis de gagner en maturité. C’est vrai qu’à 17 ans, cela peut faire peur de partir. Mais il vaut mieux y aller et que cela ne nous plaise pas plutôt que de le regretter plus tard ! Et puis de toutes façons, le stage à l’étranger c’est un gros plus sur notre CV.

Partager cet article :

About souakla

  • Email