lundi 16 septembre 2019
21 février 2019

Auvergne-Rhône-Alpes: soutien renforcé à la filière ovin viande

En augmentant de 30 % son aide à la filière ovin viande pour 2019, la Région Auvergne-Rhône-Alpes réaffirme son soutien aux agriculteurs et insiste sur la nécessité d’avoir des filières agricoles fortes.

 

auvergne_Filiere-ovin-viande

Le Plan Ambition de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en faveur des filières agricoles est né en février 2018 et prévoyait un soutien de 9 M€ annuels pour les 15 filières, sur 3 ans, somme qui s’ajoute aux 20 M€ du Plan d’investissements. L’élaboration de ce plan ambitieux a été coordonnée par la Chambre régionale d’agriculture.

650 000 € pour booster la filière

Afin de renforcer son action et son soutien aux interprofessions, la Région a décidé d’augmenter la mise en 2019, haussant son enveloppe dédiée aux filières à hauteur de 13 M€ (au lieu des 9 M€). Pour la filière ovin viande, cela se traduit par une aide pour l’année 2019 de 650 000 €, soit 30 % de plus que les 500 000 € prévus initialement.

L’annonce de ce soutien renforcé a été dévoilée lundi 18 février au cours d’une visite de terrain sur l’exploitation en GAEC de Michèle Boudoin, à Ceyssat dans le Puy-de-Dôme. L’exploitation compte 500 brebis, Michèle Boudoin étant également présidente de la Fédération nationale des ovins.

La visite était menée par le président de la Région Laurent Wauquiez aux côtés de Jean-Pierre Taite, vice-président délégué à l’agriculture, à la viticulture et aux produits du terroir, de Brice Hortefeux, vice-président délégué à l’aménagement du territoire et à la solidarité avec les territoires auvergnats, et d’Emmanuel Ferrand, conseiller délégué aux fonds européens agricoles.

Quelques chiffres clés

La filière ovin viande en Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont près de 4 000 exploitations, dont 3 000 élevages dédiés à cette activité. La production est déterminée par le relief : 93 % des exploitations sont situées en zone défavorisée simple (19 %), en montagne (67 %) ou en haute montagne (7 %). La moitié des éleveurs ovins de la région ont plus de 50 ans, d’où la nécessité d’organiser dans les meilleures conditions le renouvellement des générations et la transmission des exploitations (6 M€ par an prévus par la Région sur ce seul enjeu). Par ailleurs la Région consacre une enveloppe de 2 M€ au plan de sauvegarde de l’agriculture de montagne, face à la prédation du loup en particulier.

Consulter l’article pour plus d’informations

Partager cet article :

About msakho

  • Email